Deuxième match et première surprise dans cette CAN 2012: la Zambie, séduisante et réaliste, a régalé la galerie pendant vingt minutes. Le temps de marquer deux buts à un Sénégal décevant et de faire chuter l’un des favoris de la compétition. Les Lions n’ont, déjà, plus le choix.


Outsider numéro un de cette CAN 2012, le Sénégal va cravacher pour assumer son statut. Désormais, les Lions, battus par la Zambie (2-1) pour leur entrée dans la compétition vont devoir rugir pour se qualifier pour le second tour.

La faute à une entame de match complètement ratée. Cueilli à froid, le Sénégal a fait preuve d’un trop grand laxisme défensif. Jugez de peu: 12e minute, Mayuka, 1m 76, a ouvert la marque de la tête au milieu de la charnière sénégalaise. Diawara, 1m 85, et Mangane, 1m 93, n’y ont vu que du feu. Ils ne seront pas plus inspirés quelques minutes plus tard. Le Marseillais à la rue, Kalaba encoren jeu, c’est Bouna Coundoul qui est obligé de sortir de sa surface (14e). L’intervention de l’ancien portier des Red Bulls de New York est revenue dans les pieds de Chansa qui n’est pas parvenu à conclure. Ce n’est que partie remise. Si le Sénégal est en train de boire la tasse, il a finit par ne noyer complètement avec le deuxième but (20e), celui de Kalaba, bien lancé par Katongo.

Niang sorti à la mi-temps

Vifs et techniques, les Chipolopolos ont passé 45 minutes incroyables, mettant les Sénégalais au supplice. Le Sénégal a semblé amorphe. Les impressions des matches amicaux ont été confirmées: malgré l’impressionnante armada offensive déployée, les Lions d’Amara Traoré sont incapables de se créer des occasions. Les carences dans l’animation sont criantes. Derrière, ce n’est guère plus reluisante. Mangane et Diawara ont mené une opération portes ouvertes. La charnière est trop lourde face à la vitesse des attaquant zambiens qui profitent des largesses sénégalaise. Ce n’était pas mieux sur le banc où Traoré a cédé à la panique en sortant Gomis, un milieu de terrain, pour Ndoye, un nouvel attaquant (28e). Avant de faire entrer Issiar Dia (46e) à la pause pour suppléer Niang, le capitaine.

Mais l’affaire était déjà pliée. Et ni Sow (53e) ni Ba (66e, 68e) n’ont réussi à battre un Mweene qui a finalement passé une soirée bien tranquille. Elle l’aurait pu être encore plus sans ce but de Ndoye (74e) à la réception d’un centre de N’Daw. Mais la réalisation de l’attaquant de Copenhague est arrivée trop tard. Malgré les tentatives des Lions, la Zambie, sur le reculoir, a tenu bon. Hervé Renard, le sélectionneur français des Chipolopolos, a bien joué le coup et peut légitimement espérer faire aussi bien qu’en 2010 lorsque la Zambie avait atteint les quarts de finale. Le Sénégal, trop imprécis et désormais dernier de la poule A, n’a déjà plus le droit à l’erreur.