CAN 2013-Keshi : “Le Mali, un grand pays de football”

Présent en conférence de presse à la veille de la demi-finale de la CAN 2013 face au Mali, le sélectionneur du Nigeria, Stephen Keshi est revenu sur l’opposition qui attend ses hommes ce mercredi à Durban. Pour Keshi, ancien sélectionneur du Mali de 208 à 2010, les coéquipiers de Seydou Keita vendront chèrement leur peau et la qualification sera dure à aller chercher. Extraits.


De notre envoyé spécial à Durban

Après la qualification de votre équipe pour les demi-finales, le statut de votre équipe a changé. Cela change des choses pour vous ?

Etre favori ou pas n'est pas la question. Je ne sais pas ce que c'est que d'être favori. La seule chose qui est sûre, c'est que demain (mercredi, ndlr), nous allons affronter une très bonne équipe du Mali, dont je connais les joueurs. Ce sera un match difficile. Mais depuis le début de la CAN, nous avons pris les matchs les uns après les autres. Nous n'avons sous-estimé aucune équipe et mercredi, notre concentration sera à son maximum.

Votre adversaire a fait bonne impression depuis le début de la CAN et a éliminé le pays organisateur. Que pensez-vous de cette équipe du Mali ?

Le Mali est un grand pays de football. J'ai beaucoup de respect et d'admiration pour eux. Ils ont de très bon joueurs, mais nous aussi nous en avons. Je le répète, demain ce sera un match difficile, comme celui face à la Côte d'Ivoire.

D'autant plus que vous avez déjà dirigé le Mali. Dans quel état d'esprit êtes-vous avant de retrouver vos anciens joueurs ?

Ce sera de bonnes retrouvailles. Le Mali fait partie de moi. Pendant deux ans (il a dirigé l'équipe de 200 à 2010, ndlr), j'ai passé de très bons moments. Que ce soit avec avec les Maliens ou les joueurs avec qui j'ai encore de très bonnes relations. Mais, je suis un professionnel avant tout et je le serai mercredi pendant le match. Après, à la fin du match, on pourra se saluer et discuter.

Comment jugez-vous la progression de votre équipe depuis que vous en êtes à la tête ?

Elle se fait de façon continue. C'est la première fois que j'ai la chance de la diriger pendant quatre semaines et que nous pouvons vraiment passer du temps ensemble (…) Pour créer une bonne équipe, il faut entre trois et cinq ans. Ce que je vois est encourageant. Mais, j'ai besoin de temps.

Le conflit au Mali peut-il donner une force supplémentaire aux Maliens ?

La guerre que connaît actuellement le Mali est vraiment dommage. C'est quelque chose qui me touche car c'est un pays que j'aime. Après, c'est de la politique, ce n'est donc pas de notre ressort (…) C'est vrai que ça peut motiver leurs joueurs, leur donner plus d'énergie. Ce sera une demi-finale difficile contre une équipe qui a envie de faire plaisir à son pays.

Avatar photo
Mansour Loum