En déplacement à Yaoundé pour y affronter le Cameroun lors de la 2e journée des éliminatoires de la CAN 2015, la Côte d’Ivoire s’est lourdement inclinée (4-1). Un revers face à une séduisante formation camerounaise qui risque de laisser des traces au sein d’une équipe qui n’a pas existé sur ce match. De leur côté, les Lions Indomptables prennent le large dans le groupe D.


Premier couac -et non des moindres- pour Hervé Renard. Attendu sur la pelouse du stade Ahmadou Ahidjo pour sa 2e sortie officielle à la tête des Eléphants, le technicien français a assisté impuissant à la déroute de son équipe face à une séduisante équipe camerounaise, emmenée par une doublette N’Jié-Aboubakar intenable (4-1). Ce n’est pourtant pas faute d’avoir remanié son onze de départ par rapport à la victoire difficilement arrachée contre la Sierra Leone, les Ivoiriens affichant de meilleures intentions dans les premiers instants. Mais seulement le temps de faire illusion…

Car il aura fallu moins d’un quart d’heure pour faire flancher des Eléphants brouillons et peu inspirés, à l’inverse des hommes de Volker Finke bien discrets jusqu’alors, mais cruels de réalisme. Sur un corner ivoirien mal négocié par Max Gradel, Clinton N’jié ne se faisait pas prier pour aller battre Copa Barry, bien aidé par un Serge Aurier trop attentiste, puis malchanceux en déviant la trajectoire du cuir (1-0, 14e). Ouverture du score qui chauffait à blanc le public du stade Ahmadou Ahidjo, mais dont l’enthousiasme allait vite être douché par l’égalisation de Yaya Touré, plus prompt à se jeter sur un ballon mal repoussé par Ondoa (1-1, 25e). Seule éclaircie au tableau ivoirien avant le naufrage.


Cameroun vs Côte d'Ivoire (4-1… par afrikfoot

Aboubakar-N’jié, c’est prometteur

L’égalisation qui ne cachait pas les lacunes d’une Selephanto, ne parvenant pas à maintenir son niveau de jeu des premières minutes et contrainte de se reposer sur le talent du duo Gervinho-Yaya Touré pour garder espoir. L’ailier de l’AS Roma était même tout près de doubler la mise pour les siens, mais perdait son duel face à un Ondoa vigilant (35e)… Vigilante, la défense ivoirienne l’était beaucoup moins lorsque sur une louche de Choupo-Moting, Vincent Aboubakar se retrouvait seul devant Copa Barry qu’il trompait sans difficulté (2-1, 37e).

Logiquement menée à la pause, la Côte d’Ivoire baissait définitivement pavillon dès le retour des vestiaires. Sur une nouvelle combinaison, Aboubakar profitait d’un nouveau flottement de l’arrière-garde pour placer une frappe enroulée imparable (3-1, 54e). L’entrée en jeu de Seydou Doumbia n’inversait pas le fil de la partie, même si l’attaquant du CSKA Moscou permettait aux siens de se montrer dangereux. Mais dans les cages camerounaises, Ondoa s’employait pour contrer les rares incursions ivoiriennes et surtout gagner un face à face devant Max Gradel.


Serge Aurier KO lors de Cameroun vs Côte d… par afrikfoot

Dans le camp d’en face, Copa Barry n’avait pas cette réussite et devait une nouvelle fois aller chercher le ballon au fond des filets sur une géniale inspiration de N’jié, qui s’offrait au passage lui aussi son doublé (4-1, 76e). La messe était dite. Apathiques, les hommes d’Hervé Renard ont laissé entrevoir des largesses inattendues. Pas rassurant, d’autant plus que Serge Aurier a du sortir sur blessure, évacué sur civière après un choc avec M’Bia. Une journée noire. Pour le Cameroun, c’est un parcours sans faute avec deux victoires en deux matchs. La cure de rajeunissement de Finke a l’air de porter ses fruits. Les nouveaux Lions trônent en tête du groupe D, devant leurs adversaires du jour et la RDC qui est venue à bout de la Sierra Leone.

 Les compositions de départ

Cameroun : Ondoa – Guihoata, Nkoulou, Mbia, Oyongo – Enoh, Mandjeck – Choupo-Moting, Njie, Moukandjo – Aboubakar.

Côte d’Ivoire : Barry – Akpa Akpro, Koné, Bamba, Boka – Tioté, Yaya Touré – Aureir, Gervinho, Gradel – Bony.