Le Mali s’est offert le scalp de l’Algérie, jusqu’alors invaincue, mercredi à Bamako (2-0), et a validé son billet pour la CAN 2015. Côté Fennecs, l’équipe Bis alignée par Christian Gourcuff n’a pas convaincu et a tout simplement été dépassée.


Dans l’obligation de l’emporter face à l’Algérie pour ne pas avoir à faire des comptes et à surveiller le résultat du match entre le Malawi (à égalité de points avant le match) et l’Ethiopie (qui suivait à trois points), le Mali a parfaitement accompli sa mission, mercredi à Bamako (2-0) et validé son billet pour la CAN 2015. D’habitude, ce sont les Fennecs qui mettent la pression d’entrée. Cette fois, l’équipe remaniée de Christian Gourcuff a subi la pression de locaux surmotivés (malgré un stade peu rempli) dès les premières minutes.

Dominés dans tous les secteurs de jeu et systématiquement battus dans les duels (à l’image de la tête de Mustapha Yatabaré qui prend le meilleur sur Ghoulam et Belkalem, 45e), les Fennecs sont bousculés. Numéro trois dans la hiérarchie des gardiens, seul Azzedine Doukha a l’occasion de se mettre en évidence repoussant coups-franc (5e notamment), centres sur les corners et frappes lointaines (24e).

Paris perdus

Mais l’Algérie finit par plier. Carl Medjani ceinture Seydou Keita dans la surface et provoque un penalty. De retour dans le onze de départ, le capitaine des Aigles ne tremble pas au moment d’assumer ses responsabilités et ouvre le score en frappant au centre (28e, 1-0).

Inutile de préciser que les paris tentés par Christian Gourcuff n’ont pas été concluants : Liassine Cadamuro n’a pas convaincu en milieu défensif, les Aigles dominant largement la bataille de l’entrejeu. Saphir Taïder l’a d’ailleurs remplacé à la pause. Aligné en milieu gauche, Djamel Mesbah n’a jamais fait la différence, tandis que les revenants Belkalem, moins solide que d’habitude (son dégagement de la tête raté à la 22e aurait pu coûter cher), et Soudani, sevré de bons ballons, comme Islam Slimani, n’ont guère eu l’occasion de se mettre en évidence.

Medjani, monsieur gaffes

Seul Mehdi Zeffane aura finalement donné satisfaction, le Lyonnais obligeant Diakité à la parade sur la première frappe algérienne du match à la… 47e. Alors que les visiteurs semblaient rentrés des vestiaires avec de meilleurs intentions, un but gag de Mustapha Yatabaré est venu sceller leur sort. Décidément malheureux ce mercredi, Carl Mejdani a contré une frappe lointaine de l’attaquant de Trabzonspor qui a lobé Doukha, qui n’a pu que repousser le ballon sous sa barre (52e, 2-0).

Malgré les entrées de Brahimi et Mahrez quelques minutes plus tard, la réaction algérienne n’a jamais eu lieu. Au contraire, les Aigles sont passés tout près du troisième but. Alors que Yacouba Sylla déboulait à toute vitesse, Doukha s’est interposé (71e). Idem sur une tête de Mamoutou N’Diaye (85e).

L’Algérie s’arrête à cinq victoire et dit adieu à son rêve de carton plein. Le Nigeria en 2010 et la Côte d’Ivoire en 2012 resteront les seuls sélections à avoir accompli cet exploit. La faute à des Aigles à qui un point aurait finalement suffit, puisque l’Ethiopie et le Malawi se sont neutralisés dans l’autre match du groupe B (0-0).

Les compositions de départ :

Mali : S.Diakité- F. Diawara, S.Coulibaly, Konate, Tamboura – Sylla, M. N’Diaye, S. Keita – S. Diarra, S. Yatabaré, M.Yatabaré.

Algérie : Doukha – Zeffane, Belkalem, Medjani, Ghoulam – Feghouli, Cadamuro, Lacen, Mesbah – Slimani, Soudani.