Déjà qualifiés pour la phase finale de la CAN 2017, l’Algérie et le Maroc abordent la dernière journée des éliminatoires de la compétition sans grande pression ce dimanche. Mais le sélectionneur Milovan Rajevac voudra réussir sa première sur le banc des Fennecs face au Lesotho, tandis que le Maroc compte finir en beauté devant son public contre Sao Tomé et Principe.


Ce sera l’homme au centre de toutes les attentions ce dimanche (19h30 GMT) au stade Mustapha-Tchaker de Blida. Nommé sélectionneur de l’Algérie cet été, Milovan Rajevac débute son mandat par la réception sans enjeu du Lesotho à l’occasion de la dernière journée des éliminatoires de la CAN 2017, une compétition pour laquelle les Fennecs sont déjà qualifiés. A l’heure de la rentrée, le technicien serbe ressent forcément un peu de pression malgré l’absence d’enjeu. « Pour moi, chaque match à son importance. Ce sera le cas contre le Lesotho, dans la mesure où il s’agira de ma première sortie avec les Verts. J’espère réaliser une belle victoire« , a fait savoir l’ancien sélectionneur du Ghana face à la presse.

Alors que Sofiane Feghouli et Rachid Ghezzal ont déclaré forfait et que Yacine Brahimi devrait être ménagé après son départ avorté du FC Porto dans les dernières heures du mercato, les Algériens pourraient présenter un visage en partie remodelé avec une nouvelle chance offerte à Ryad Boudebouz et le grand retour de Nabil Bentaleb dans l’entrejeu. « Nous allons essayer de mettre en application ce que le coach va nous demander de faire sur le terrain. Nous devons gagner ce match pour boucler les qualifications sur une bonne note, et du coup, entrevoir l’avenir et le match du Cameroun (le 8 octobre, ndlr) en qualifications du Mondial 2018 sous de bons auspices« , a souligné Carl Medjani, qui devrait récupérer le brassard de capitaine en l’absence de Feghouli. Pour l’honneur, l’Algérie essaiera également de terminer ces éliminatoires invaincue après quatre victoires et un match nul.

Renard déjà tourné vers le Gabon

Même objectif pour le Maroc (19h GMT), déjà qualifié depuis belle lurette et qui va jouer pour la première fois à Rabat depuis la prise de fonctions d’Hervé Renard, face à Sao Tomé et Principe. Après le match nul concédé contre la Libye (1-1) en juin et le 0-0 de mercredi dernier en amical en Albanie, les Lions de l’Atlas entendent eux aussi se mettre dans les meilleures conditions avant de défier le Gabon dans un mois pour la première journée des éliminatoires du Mondial 2018.

« C’est un match qui va nous servir de préparation, mais c’est avant tout un match officiel. Il faut bien le négocier, déjà pour terminer ces qualifications de la plus belle des façons et continuer à rester invaincu, c’est important« , a insisté le sélectionneur marocain face à la presse. « Contre des adversaires de ce type, qui jouent certainement assez bas, il faut trouver la faille assez rapidement, pour pouvoir se libérer. Il faut prendre ce match très au sérieux et surtout nous mettre en confiance avant le déplacement à Franceville au Gabon le 8 octobre. » Privé de son capitaine Mehdi Benatia en défense centrale, le Maroc pourrait à nouveau expérimenter le prometteur tandem Bouhaddouz-Naciri dans l’axe de l’attaque, point faible récurrent de la sélection. Dans quelques semaines, il sera trop tard pour faire des tests…