Présenté à la presse ce jeudi, le nouveau sélectionneur de l’Algérie, Milovan Rajevac, a dévoilé sa philosophie de jeu. Et le moins que l’on puisse dire c’est que la rupture avec son prédécesseur Christian Gourcuff va être radicale. Ambitieux, le Serbe entend tout mettre au service du résultat, et peu importe la manière… L’ex-sélectionneur du Ghana a notamment pris l’exemple controversé du Portugal à l’Euro 2016 ! Morceaux choisis.



 Sa philosophie de jeu

« Les équipes que j’ai entraînées prennent généralement très peu de buts. Je préfère gagner en jouant mal que de bien jouer et perdre. Je préfère gagner 5 matchs 1-0 que de gagner un match 5-0. Ma philosophie, c’est marquer et ne pas encaisser. Le Portugal, par exemple, a remporté l’Euro en ayant une défense solide. »

 La défense

« Tout le monde estime que la défense est le maillon faible de la sélection algérienne. Moi, ma philosophie de jeu est simple : les tâches défensives ne sont pas réservées exclusivement aux joueurs de l’arrière-garde, mais c’est tout le monde qui doit contribuer aussi bien aux tâches défensives qu’offensives. Ma stratégie avait porté ses fruits lorsque j’entraînais le Ghana, puisqu’on encaissait peu de buts. Je vais faire en sorte de rééditer la même expérience avec la sélection algérienne. »

 Ses trous dans le CV

« C’est vrai que depuis mes dernières expériences au Qatar et en Arabie Saoudite, je n’ai pris aucune équipe, mais je ne suis pas resté inactif. J’ai longtemps travaillé au profit de la Fédération de mon pays en donnant des séminaires et en formant des entraîneurs, je suis resté constamment en contact avec le football. »

 Ses ambitions

« Avec le Ghana, j’ai terminé le Mondial 2010 à la cinquième place et je veux faire mieux avec la sélection algérienne lors du prochain tournoi. J’estime que nous avons les moyens de réussir de bonnes choses. J’ai vu jouer cette équipe lors du Mondial 2014, je l’ai même supportée face à l’Allemagne (en 8es, 1-2 ap) et je peux dire qu’elle a manqué de petites choses pour se qualifier, je pense notamment à la fraîcheur physique qui lui a fait défaut ce jour-là. »

 Le groupe éliminatoire du Mondial 2018

« Il est clair qu’il s’agit du groupe de la mort. Chacune des quatre sélections aspire à se qualifier, et à l’arrivée, il n’y aura qu’une seule à faire le voyage en Russie. On fera en sorte bien sûr que ce soit la nôtre, mais la mission sera très difficile.«