La RD Congo et le Maroc s’affrontent ce lundi à 19h GMT (20h Paris) à Oyem pour le choc du groupe C de la CAN 2017. Malgré les nombreux forfaits du côté des Lions et les problèmes de primes chez les Léopards, les deux sélections joueront déjà très gros sur ce match.


Superbe affiche au programme ce lundi à 19h GMT (20h Paris). Tous deux présentés comme de possibles outsiders, la RD Congo et le Maroc s’affrontent à Oyem dans le groupe C de la CAN 2017. Sauf que pour diverses raisons, le statut des deux sélections a eu tendance à s’éroder au cours des dernières semaines. Le coup le plus rude a frappé les Lions de l’Atlas qui ont perdu successivement Younès Belhanda, Oussama Tannane, Nordin Amrabat puis Sofiane Boufal, tous forfaits.

Un malheur n’arrivant jamais seul, la préparation aux Emirats a été perturbée en raison d’un match amical annulé face à l’Iran. La troupe d’Hervé Renard a donc dû se contenter d’une sortie contre la Finlande en guise de seul galop d’essai. Entre le résultat (défaite 1-0), le manque d’efficacité en début de match, l’erreur de marquage sur le but et les difficultés pour se procurer des occasions en seconde période, cette rencontre n’a vraiment pas rassuré les Lions…

« Le match de préparation nous a montré qu’on devait être à la hauteur. Peut-être que dans la mentalité marocaine, c’est mieux de faire ce résultat plutôt que de gagner un match 3-0 et d’arriver un peu trop tranquille pour cette CAN. Donc moi, je le prends d’une façon positive« , a argué le technicien français dimanche devant la presse.

Ibenge et la préparation « biaisée« 

Côté congolais non plus, la préparation n’a pas été un long fleuve tranquille. La défaite en amical face au Cameroun (0-2) avec une équipe certes remaniée, n’était pas forcément attendue, tandis que ces derniers jours, le problème des primes -désormais résolu- s’est invité au débat, incitant les Léopards à boycotter l’entraînement de vendredi. Niveau blessure, la RDC a mangé son pain noir aussi avec le forfait de son facteur X, Yannick Bolasie.

« Notre préparation a été un peu biaisée avec les arrivées un peu tardives des uns et des autres, surtout de ceux qui jouent en Angleterre« , a reconnu le sélectionneur Florent Ibenge dimanche devant la presse. « Il ne faut pas se leurrer. On est dans une poule qui est difficile où chaque équipe peut battre son adversaire. Les deux qui sortiront de cette poule devront mouiller le maillot. Le match sera costaud face à un adversaire très difficile qu’il faudra renverser. On le prend sérieusement sans arrogance. » En effet, avant d’affronter la Côte d’Ivoire, tenante du titre et favori naturel, ce match a déjà des allures de finale !