Entre le Nigeria, nation majeure du continent, présent à la dernière Coupe du monde et trois fois sacré à la CAN, et le Burundi, qui va disputer le premier match de son histoire en phase finale, le rapport de force sera a priori très déséquilibré ce samedi à Alexandrie lors du premier match du groupe B de la CAN 2019 (coup d’envoi à 17h GMT, 19h en France).

Pourtant, les Hirondelles disposent d’une belle carte à jouer face à des Super Eagles qui ne se présenteront pas au mieux. Outre le cas de l’ailier Samuel Kalu, victime d’un malaise vendredi à l’entraînement mais qui pourrait tout de même être apte, le sélectionneur du Nigeria, Gernot Rohr, va en effet devoir composer avec un groupe loin d’être au top physiquement.

«Malheureusement, nous n’avons pas tout le monde parce que quatre ou cinq de nos joueurs n’ont pu s’entraîner qu’à partir de mercredi. Ils ont manqué une semaine de préparation physique, nous n’avons donc pas la meilleure équipe», a expliqué le technicien franco-allemand vendredi devant la presse. «Nous avons eu un match amical contre le Zimbabwe sous une pluie battante (0-0 le 8 juin), certains d’entre nous ont attrapé un rhume et la moitié de notre équipe est tombée malade.»

La préparation encourageante du Burundi

Avec leur star Saido Berahino et leur attaquant Abdul Razak Fiston, 2e meilleur buteur durant les éliminatoires (6 buts), les Hirondelles ont de jolis atouts à faire valoir. Surtout qu’après leur campagne qualificative historique (avec des matchs nuls à l’aller et au retour face au Gabon et au Mali), les matchs de préparation ont prouvé que les Burundais sont capables de tenir tête aux meilleurs avec le match nul contre l’Algérie (1-1) et la défaite concédée sur le fil face à la Tunisie (1-2). Alors que le Nigeria a certainement abordé sa préparation dans l’idée d’être au top pour la phase à élimination directe, les Burundais vont donner le maximum dès ce samedi.

«Nous ne sommes pas ici en vacances ou en visite en Egypte. Nous voulons rivaliser avec les autres grandes équipes du continent et voir si nous pouvons nous qualifier pour les huitièmes de finale», a affirmé le sélectionneur Olivier Niyungeko. En excluant jeudi l’expérimenté Ndikumana Yamini Selemani pour «indiscipline», ce qui a fait tomber le groupe à 22 joueurs, le technicien a confirmé que les Hirondelles se verraient bien faire le printemps !

Les compositions de départ

Nigeria : Akpeyi – Shehu, Ekong, Omeruo, Aina – Ndidi, Mikel, Etebo – Iwobi, Onuachu, Chukwueze.

Burundi : Nahimana – Moussa, Ngandu, Nsabiyumva, Duhayindavyi – Bigirimana, Nahimana – Mustafa, Berahino, C. Amissi – Razak.

Sur le même sujet : le Burundi, au nom de Papy Faty