Le ministre de la Jeunesse et des Sports algérien, Raouf Salim Bernaoui, n’est pas du genre à prendre des pincettes. La semaine dernière, l’ancien escrimeur avait déclenché une vive polémique en déclarant qu’il a été demandé à l’Algérie de se tenir prête à organiser la CAN 2021 en cas de défaillance du Cameroun comme pays-hôte. Cette sortie maladroite avait obligé la Fédération algérienne (FAF) à s’exprimer pour arrondir les angles. Sauf que l’homme politique, présent lundi en conférence de presse, en a remis une couche !

«La FAF n’a rien apaisé, puisqu’à la base, il n’y a pas de polémique sur ce que j’ai dit. Oui, je le redis, il a été demandé à l’Algérie si elle pouvait organiser la CAN 2021. On a eu le feu vert des autorités et on a transmis cela à la FAF, qui a de son côté informé la CAF. On souhaite vraiment que le Cameroun organise cette CAN mais dans le cas contraire, l’Algérie sera prête. Notre pays est la grande maison des Africains. Tout le monde est le bienvenu», a réitéré Bernaoui dans des propos rapportés par Le Buteur.

Pour le ministre, cette situation est somme toute assez banale. «Vous savez, la CAF ou même la FIFA pour la Coupe du monde doivent avoir des plans B, C ou D pour parer à toutes les éventualités. Après, il n’est pas sûr qu’ils les utilisent. Ce qui est sûr, c’est que l’Algérie a les moyens d’organiser cette CAN sans même attendre la réception des quatre nouveaux stades qui sont actuellement en construction.» Si certains espéraient que Bernaoui joue la carte de l’apaisement, c’est raté…