CAN 2023 : un qualifié sur deux issu d’Afrique de l’Ouest ?

Les éliminatoires de la CAN 2023 ont livré les noms des premiers qualifiés pour la grand-messe du football africain prévue en 2024 en Côte d’Ivoire (13 janvier – 11 février). Quinze pays ont déjà composté leur billet avant la 6ème et dernière journée de septembre. Huit d’entre eux viennent d’Afrique de l’Ouest, place forte du football continental dans les tournois de sélections. Afrik-Foot.com s’est penché sur les raisons de cette domination de l’Afrique de l'Ouest ces dernières années.

De notre correspondant à Dakar,

Si l’Afrique du Nord domine le football de clubs avec les sacres de l’USMA Alger et d'Al Ahly respectivement en Coupe de la Confédération et en Ligue des Champions, l’Afrique de l’Ouest a la mainmise sur les compétitions des équipes nationales sur le continent. Elles seront au moins 8 sur les 15 sélections déjà qualifiées pour la prochaine CAN. Sont au rendez-vous les cadors de la sous-région dont le Sénégal, champion d’Afrique en titre, le Nigeria, la Côte d’Ivoire, pays hôte, le Mali et le Burkina Faso. Mais aussi la Guinée, souvent présente, ainsi que les nouveaux habitués Cap-Vert et Guinée Bissau.

Vers un 12 sur 24 en Côte d’Ivoire ?

Le leadership de l’Afrique de l’Ouest dans le football africain en sélection est de plus en plus visible depuis l’édition 2019 qui s’est tenue en Égypte. « On s’inscrit dans une certaine continuité, rappelle Harouna Dème, rédacteur en chef du quotidien sénégalais Vox Pop. Le passage de 16 à 24 équipes à la CAN a profité aux sélections d’Afrique de l’Ouest avec les ténors, Nigeria, Ghana, Côte d’Ivoire, Sénégal, Mali. On voit maintenant des petits poucets comme la Guinée Bissau, la Mauritanie, la Gambie se qualifier », a expliqué au micro d'Afrik-Foot.com celui qui est également vice-président de l’ANPS (association nationale de la presse sportive).

Le passage de 16 à 24 nations à la Coupe d’Afrique a vu l’Afrique de l’Ouest placer 9 représentants en 2019, puis 12 en 2021. Une progression constante qui pourrait se confirmer en 2024 avec donc 8 sélections déjà qualifiées et 4 autres en course. Le Ghana, leader du groupe E (9 points) devant l’Angola (8 points) et la Centrafrique (7 points) est bien placé pour décrocher sa qualification. Tout comme la Mauritanie en passe de s’offrir une 3ème qualification de rang à la CAN après 2019 et 2021. Les Mourabitounes sont premiers de la poule I devant la RDC et le Gabon et reçoivent les Panthères lors de la 6ème journée. La Gambie (9 points) est elle 2ème du groupe G et devance de 3 points le Congo. Ce sera en revanche plus difficile pour le Bénin, 3ème de la poule L (5 points), qui devra s’imposer sur la pelouse du Mozambique (2ème, 7 points).

Présence accrue et performances en compétitions

Au-delà de cette présence massive en Coupe d’Afrique, les équipes ouest-africaines sont performantes dans ces grands tournois. Sur les 10 dernières années, 3 vainqueurs sur les 5 dernières éditions de la CAN sont issus d’Afrique de l’Ouest. Le Nigeria en 2013, la Côte en 2015, puis 2021 avec le sacre historique du Sénégal devant l’Égypte. Après la domination de l’Afrique du nord dans les années 2000 avec le sacre de la Tunisie en 2004 suivi du triplé de l’Égypte (2006-2008-2010), la tendance s’est inversée en faveur de l’Afrique de l’Ouest.

L’autre aspect qui explique la présence massive des équipes ouest-africaines c’est la qualité des effectifs, nous dit Harouna Dème. « Toutes ces sélections ont des joueurs évoluant dans les grands championnats d’Europe. Cela a permis de rehausser le niveau de ces équipes. Sans oublier ceux issus de la formation de ces pays. De plus en plus se dotent d’infrastructures. Ce qui permet de former les jeunes, à l’image de la Mauritanie qui a des complexes sportifs qui n’a rien à envier aux autres et qui lui permet d’avoir des sélections de jeunes de qualité, d’assurer la relève », a-t-il relevé.

Depuis 2010, il y a eu une équipe d’Afrique de l’Ouest en finale de toutes les éditions excepté celle de 2017 entre le Cameroun et l’Égypte. Sur cette période, il y a eu au moins deux équipes d’Afrique de l'Ouest dans le dernier carré. Trois des 4 demi-finalistes en 2012 étaient d’Afrique de l’Ouest avec la Côte d’Ivoire, finaliste, le Mali et le Ghana. En 2013, ils étaient 4 lors d’une finale 100% Afrique de l’Ouest qui a consacré le Nigeria devant le Burkina Faso. L’édition suivante en Guinée Équatoriale nous offre une nouvelle finale entre deux sélections de la sous-région entre le Ghana et la Côte d'Ivoire, remportée par les Éléphants.

Domination chez les jeunes

Si l’Afrique centrale avec le Cameroun à la CAN et la RDC au CHAN et l’Afrique du Nord parviennent à résister, il n’y a en revanche pas match dans les compétitions de petites catégories. En 2023, toutes les compétitions de la CAF sont tombées dans l’escarcelle de l’Afrique avec la razzia du Sénégal. Lorsqu’on remonte plus loin, on remarque une ultra domination de l’Afrique subsaharienne. Chez les U17, l’Afrique de l’Ouest a remporté 11 des 14 éditions de la coupe d’Afrique cadets. En U20, c’est 13 sur 23 titres. Sur les 10 dernières éditions, 7 ont été remportées par une équipe d’Afrique de l’Ouest avec le Nigeria (3 fois), le Ghana (2 fois), le Mali et le Sénégal champion en titre.

Des succès qui sont le fruit du travail de formation dans la sous-région. « Depuis 10-15 ans, l’Afrique de l’Ouest s’est illustrée dans la formation des jeunes. Le Ghana, le Nigeria, et ces dernières années le Burkina Faso, le Mali, le Sénégal ont eu de très grands centres de formation comme Sol béni, Centre Salif Kéïta, Yeelen, AFE, Génération Foot, Diambars. La formation des jeunes de la petite catégorie a eu un effet réel sur le football dans la sous-région. C’est ce qui explique pourquoi l’Afrique de l’Ouest domine les compétitions de jeunes », a confié Harouna Dème.

Le travail entamé au bas de l’échelle et entrepris sur la durée porte ses fruits pour ces sélections subsahariennes. Tout part de la formation des encadreurs. Ce préalable réussi explique facilement la qualité de la formation des jeunes footballeurs dans ces pays. L’organisation et la planification ont également favorisé cette santé du football dans cette partie de l’Afrique. Plus de patience dans le travail des techniciens et le développement des groupes de performance. À l’instar du Sénégal et de sa génération 2012, quart finaliste des JO de Londres et dont on retrouvera quelques membres dans l’équipe championne d’Afrique 10 ans plus tard.

CAN 2023 : un qualifié sur deux issu d’Afrique de l’Ouest ?
Yoro Mangara

Journaliste, passionné de foot et grand défenseur du football africain.