Dans un premier temps repêché pour la phase finale de la CAN féminine 2018 (17 novembre-1er décembre), le Kenya a appris mercredi, à dix jours du coup d’envoi de la compétition, que la Confédération africaine de football (CAF) a finalement décidé de réintégrer la Guinée Equatoriale à sa place.

Cette décision a forcément du mal à passer auprès de la Fédération kényane de football (KFF) et l’instance a indiqué ce jeudi avoir saisi le Tribunal arbitral du sports (TAS) avec « pour objectif que le Kenya soit inclus dans le tournoi et/ou que celui-ci ne débute pas avant que l’affaire ne soit résolue« .

Pour rappel, après avoir été éliminé par la Guinée Equatoriale en phase de qualification, le Kenya avait déposé une réserve concernant l’éligibilité d’une joueuse adverse, Annette Jacky Messomo. Et après avoir donné raison au plaignant dans un premier temps, la CAF est donc finalement revenue sur sa décision. Le TAS va devoir trancher rapidement…