CAN Futsal 2024 : le sélectionneur du Maroc dévoile son secret

Dimanche, dans la Salle Prince Moulay Abdellah de Rabat, le Maroc a décroché son troisième titre consécutif à la CAN de Futsal, en s'imposant largement contre l'Angola avec un score de 5-1, après avoir déjà remporté les éditions de 2016 et 2020. Hicham Dguig, le sélectionneur des Lions de l'Atlas, a dévoilé les recettes de ce succès en conférence de presse d'après-match.

Le troisième sacre continental consécutif de l’équipe nationale de futsal est le fruit d’un travail intense et constant” a d'abord affirmé le technicien, qui a notamment expliqué que “se maintenir en tête du futsal africain et participer à la Coupe du monde depuis 2012 n’est pas chose aisée et cela démontre qu’il y a un travail de fonds pour développer et renouveler cette discipline. Rester au top est difficile et nécessite un travail constant”.

Grâce à ce nouveau sacre, les Marocains seront en effet présents à la Coupe du monde de Futsal, qui aura lieu en Ouzbékistan du 14 septembre au 6 octobre. Lors de la dernière édition en Lituanie en 2021, les Lions de l'Atlas avaient atteint les quarts de finale (défaite 1-0 face au Brésil, 3e de cette édition).

Dguig encense la Fédé et Mohammed VI

Lui-même ancien international de futsal avec la sélection marocaine entre 1995 et 2007, Hicham Dguig n'a pas manqué de rendre hommage au Roi Mohammed VI, dont il a loué la “politique sage et clairvoyante dans le domaine du sport en général” ainsi que “l’engagement de la Fédération royale marocaine de football”. “Le joueur marocain est talentueux et il bénéficie d’infrastructures de haut rang pour montrer son talent” a-t-il résumé, mettant en avant “un travail qui s’effectue également hors dates de la FIFA.

Nous sommes toujours les premiers à mettre sous pression nos adversaires et c’est grâce également à beaucoup de stages et de matchs amicaux internationaux. Les efforts entrepris au niveau de la sélection nationale de futsal sont énormes pour maintenir notre leadership”, a-t-il insisté.

Selon le natif de Kénitra, pour qui “le futsal a gagné ses lettres de noblesse dans le monde entier et devenu populaire à l’instar du football”, l'Angola a été “au top de son niveau” lors de la finale, et l'entraîneur de 51 ans a d'ailleurs tenu à rappeler que les Palancas Negras participeront eux aussi au prochain Mondial de la discipline se jouant à 5 contre 5. Il a aussi reconnu qu’”encaisser un seul but face à cette équipe démontre que notre système défensif a bien fonctionné. Je pense que la logique a été respectée lors de cette édition de la CAN”. On est maintenant impatients de voir le Maroc, l'Angola et la Libye à la Coupe du monde 2024 !

CAN Futsal 2024 : le sélectionneur du Maroc dévoile son secret
Anthony Olivier

Explorateur et gratte-plume du football africain, j'aime brosser le portrait des nouvelles pépites du continent.