La Libye a pris la tête du groupe C du CHAN 2018 en ne faisant qu’une bouchée de la Guinée Equatoriale (3-0) ce lundi. De son côté, le Nigeria a manqué d’efficacité et les Super Eagles ont été tenus en échec par le Rwanda (0-0).


Faux-départ pour le Nigeria. Malgré leur domination, les Super Eagles locaux ont été neutralisés par le Rwanda (0-0) ce lundi à Tanger dans le groupe C du CHAN 2018. Dès le début de la partie pourtant, les poulains de Yusuf Salisu dictaient leur loi à des Rwandais en grandes difficultés. Lancé dans le dos de ses adversaires, Faleye disposait de la première grosse occasion, mais il butait sur le gardien rwandais. Okpotu avait lui aussi sa chance mais sa tête passait de peu à côté. Puis c’était au tour d’Ali de conclure ce festival de ratés en trouvant la transversale sur une frappe lourde.

La physionomie restait la même au retour des vestiaires sauf que les Nigérians ne se procuraient plus d’aussi grosses occasions. Les Amavubi en profitaient pour reprendre confiance et rééquilibrer les débats même s’ils ne se montraient pas bien dangereux. Finalement, les Super Eagles terminaient mieux, mais Eze ne parvenait pas à profiter de la sortie ratée du gardien adverse, trouvant le poteau de la tête sur corner. La défense rwandaise tenait bon, entérinant ce partage des points qui permet à la Libye, nettement victorieuse de la Guinée Equatoriale un peu plus tôt (3-0), d’occuper seule la tête de la poule.

La déferlante libyenne

En effet, les Chevaliers de la Méditerranée n’ont pas fait dans la dentelle. Dominateurs et très séduisants sur certaines séquences à une touche de balle, ils ont profité des largesses de la défense adverse pour faire rapidement la différence sous l’impulsion du duo Mohamed Aleyat-Saleh Taher.

Après quelques premières alertes, Taher surgissait au premier poteau pour reprendre un centre d’Aleyat du bout du pied et le glisser entre les jambes du gardien (1-0, 12e). Dans la foulée, sur une action similaire mais venue de l’autre côté, Aleyat effectuait un nouveau centre pour Taher qui faussait encore compagnie à la défense pour battre le gardien d’une tête smashée (2-0, 17e). La Libye baissait de rythme en seconde période mais sans être inquiétée et l’entrant Zakaria Alharash profitait d’un excellent service d’Aleyat (encore lui !) pour enfoncer le clou dans les dernières minutes (3-0, 87e). Voilà déjà la Libye, unique vainqueur de la compétition présent cette année au Maroc, bien embarquée en vue de la qualification.