Accusé par la Tunisie de ne pas avoir respecté les dossiers administratifs de Joël Matip et Eric-Maxim Choupo-Moting pour ce qui concerne leurs naturalisations comme citoyens camerounais, le Cameroun a pris la parole pour argumenter sa défense par l’intermédiaire du secrétaire général du Comité de Normalisation de la Fédération. Interrogé par Camfoot, Tombi Roko Sidiki indiqué que les Tunisiens « se sont largement trompés, parce qu’ils n’ont pas bien examiné la loi camerounaise en la matière. Tout est dans la loi. C’est par décret que le Chef de l’Etat peut remettre en cause la nationalité camerounaise. Encore que les Camerounais d’origine ne peuvent pas perdre leur nationalité. Pour la répudier, il faut passer devant un tribunal« . Et le dirigeant de poursuivre : « Ces joueurs sont Camerounais d’origine, puisqu’ils sont chacun, nés d’un parent Camerounais. La loi camerounaise dit que toute personne née d’un parent Camerounais a automatiquement la nationalité camerounaise. Ils sont Camerounais, parce que leurs papas sont Camerounais. Est-ce qu’un Allemand s’appelle Choupo Moting ou Matip Job ? » Toujours est-il que la FIFA doit rendre son verdict le 28 novembre.