Côte d’Ivoire : Le derby Asec-Africa enflamme la toile

L’Asec Mimosas croise le fer avec son rival de l’Africa Sport d’Abidjan dimanche 22 mai. A 24h de ce nec plus ultra du championnat ivoirien, les supporters des deux équipes s’empoignent sur les réseaux sociaux…


De notre correspondant à Abidjan

La 15e journée de la Ligue 1 ivoirienne qui se dispute ce week-end aura naturellement pour point d’orgue le derby Asec Mimosas – Africa Sport. Si par le passé, l’avant-match de ce classique ivoirien avait lieu dans les rues et le voisinage, cette fois, la bataille s’est déportée sur les réseaux sociaux.

Les supporters de l’Asec qui épousent le nom d’Actionnaires, ont été les premiers à tacler leurs rivaux avec une image d’un aigle et d’un vieillard aux couleurs de l’Africa (vert et rouge) en train d’être dévorés par le feu. Sur cette image publiée par l’Asec sur sa page facebook et largement partagée, on peut lire : “#Actionnaires, êtes-vous prêt à envoyer l’ennemi en enfer ce dimanche ?“. De toute évidence, les Actionnaires ont répondu en chorus par l’affirmative avec des commentaires provocateurs.

Enterrer l'Asec !

Face à cet affront, la réplique des supporters de l’Africa ne s’est pas fait attendre. Les Oyés, comme ils se font appeler, ont conçu une image montrant un cercueil ouvert frappé du logo du rival. Le texte qui l’accompagne est le suivant : “Le cercueil est prêt, la levée de corps aura lieu ce dimanche 22 mai au stade Champroux.” En clair, le club vert et rouge qui occupe actuellement la 5e place au classement avec 21 points, prévoit enterrer définitivement l’Asec qui loge au 8e rang avec 19 points.

Au regard du succès de ces deux images sur facebook et des chaudes discussions teintées d’ironies qui en découlent, autant dire qu’il y aura de l’électricité dans l’air au stade Champroux de Marcory (Abidjan) ce dimanche sous le coup de 16h GMT. Les deux formations s’étant quittées dos à dos (1-1) à l’occasion de la 2e journée, le vainqueur de ce second acte pourra aisément revendiquer sa suprématie sur son rival.

Avatar photo
Pierre Kouamé