Fin janvier, la Côte d’Ivoire a accepté le principe du glissement des CAN qui la conduira à organiser l’édition 2023 à la place de celle de 2021 qui lui avait initialement été attribuée. Président du comité d’organisation de la CAN (COCAN) et longtemps hostile à cette décision, Lambert Feh Kessé a tenu à préciser qu’il ne s’agit pas d’une sanction de la part de la Confédération africaine de football (CAF) qui avait évoqué des retards dans les travaux.

« Ce n’est pas une sanction contre notre pays » a affirmé le dirigeant à l’antenne de la RTI. « C’est une décision de la CAF par solidarité avec le Cameroun, ce que nous avons accepté« . Pour rappel, c’est la visite du président de la CAF, Ahmad, auprès du président de la république ivoirien, Alassane Ouattara, qui avait permis à l’instance africaine d’obtenir cet accord.