Le tirage au sort des qualifications de la Coupe du Monde 2014 a réservé une affiche de rêve entre la génération dorée ivoirienne et les Lions de l’Atlas, fraîchement auréolés de leur nette victoire sur le rival algérien (4-0). Dans la presse locale des deux pays, le respect pour l’adversaire est palpable, pour une confrontation qui sera placée sous le signe du danger.


La confrontation vaudra son pesant d’or. Les éliminatoires de la Coupe du Monde 2014 verront s’affronter deux géants du continent africain, la Côte d’Ivoire et le Maroc.

Du côté de la presse marocaine, on semble mesurer le défi qui attend la sélection. « Les Lions de l’Atlas sont tombés sur un gros morceau, affirme Yabiladi. Ils comptent dans leur poule la meilleure équipe africaine du moment : la Côte d’Ivoire. » Radiomars insiste sur la « force de frappe impressionnante » des Elephants : « Les Drogba, Kalou, Gervinho ne sont plus à présenter, sans oublier un entre jeu fourni avec notamment la pile électrique Zokora et la muraille Yaya Touré.« Eric Gerets, le sélectionneur des Lions de l’Atlas, est lui-même conscient de ce défi même s’il avoue ne pas craindre l’armada ivoirienne : « Je crois que tout le monde est conscient de la tâche qui nous attend, nous allons jouer contre une équipe performante de la Côte d’Ivoire, mais le ballon est rond, si on continue la progression comme on progresse actuellement nous n’aurons peur d’aucune équipe, affirme-t-il sur la chaîne Arryadia.

« Les Marocains peuvent poser de sérieux problèmes aux Ivoiriens »

Concernant la presse ivoirienne, on est loin d’aborder la double rencontre face aux Lions de l’Atlas la fleur au fusil. « Certes, le Maroc n’est plus cette équipe qui dominait les débats sur le plan africain dans les années 80- 90, avance Fraternité Matin. Il n’en demeure pas moins que les Lions de l’Atlas avec des joueurs talentueux comme Marouane Chamack (Arsenal, Angleterre),  Youssouf Hadji (Nancy, France), Mehdi Benatia (Udinese, Italie), El Hamdaoui et Aissati Ismaïl (Ajax d’Amsterdam), ont les moyens de poser de sérieux problèmes aux Ivoiriens. En tout cas, absents des joutes mondiales depuis le Mondial 1998, en France, ils ont certainement la rage de vaincre pour marquer de nouveau de leur empreinte la scène internationale » Même son de cloche chez le Patriote qui considère que « si les trois autres nations qui composent cette poule sont à première vue prenables (la Gambie et le Tchad ou la Tanzanie, NDLR), il n’en est pas de même pour les Lions de l’Atlas. De l’avis des observateurs, le ticket qualificatif de ce groupe se jouera entre des marocains qui reviennent en forme et la formation ivoirienne qui est l’une des meilleures du continent, comme en témoigne son classement FIFA du mois dernier (première équipe africaine et quatorzième mondial). L’équipe de Zahoui sait désormais à quoi s’en tenir. Le Maroc qui est en train de relancer son équipe fanion a montré de très bonnes dispositions lors du premier tour qualificatif. Son match face à l’Algérie dévastée (4-0) en dit long sur la bonne santé de la formation d’Eric Gerets. Ce technicien belge a réussi du bon travail dans le royaume chérifien et la qualification pour la Coupe du monde serait la consécration du grand boulot abattu. » Les paris sont ouverts…