Samedi, le président de la FIFA, Gianni Infantino, était présent à Salé au Maroc dans le cadre d’un séminaire organisé conjointement avec la Confédération africaine de football (CAF) sur le thème du «développement des compétitions et des infrastructures footballistiques en Afrique». Et le boss du football mondial a commencé son discours en dressant un constat très sombre concernant le niveau du football africain.

«Pelé avait déclaré : ‘avant l’an 2000, une équipe africaine va gagner la Coupe du monde’. On est en 2020, et non seulement, aucune équipe africaine n’a gagné la Coupe du monde, mais on a l’impression qu’on fait marche arrière, qu’il n’y a pas une évolution, mais une involution du football africain», s’est inquiété l’Italo-Suisse.

Pour remettre le football africain la tête à l’endroit, Infantino a proposé 3 axes : professionnaliser un groupe d’arbitres d’élite, investir un milliard de dollars dans les infrastructures et revoir le système de compétitions en créant une Super Ligue africaine des clubs et éventuellement en organisant la CAN seulement tous les 4 ans.