Sèchement battu par le Jaraaf (3-0) à l’aller, le Djoliba AC Bamako va devoir se retrousser les manches en seizièmes de finale retour de la Ligue des Champions. Mais Abdelmalek Aït-Ahcène, le coach du club malien, relativise. « Si on gagne c’est mieux, si c’est une défaite, ce n’est pas la fin du monde. On doit retrousser les manches. Le Djoliba a une jeune équipe qu’on doit travailler. D’ici deux, trois ans, cette équipe fera très mal sur la scène africain, a expliqué le coach algérien sur le site de la CAF. J’espère aussi que le public sera présent en masse. Ce n’est pas ici que le foot s’arrêtera.«