Sauf miracle, le Tout Puissant Mazembe, large vainqueur à l’aller (5-0), devrait conserver son titre de champion d’Afrique. Mais l’Espérance de Tunis ne veut pas s’en laisser compter. Sur leur terrain, devant leur public, les Sang et Or auront à coeur de faire chuter les Corbeaux. Pour l’honneur.


Un match l’honneur. Pour l’honneur d’être sacré pour la deuxième fois consécutive, la quatrième fois au total, du côté du TP Mazembe. Pour laver son honneur, du côté de l’Espérance de Tunis, humiliée en RDC par les Corbeaux (5-0).

Laminés, lessivés à Lubumbashi, les Sang et Or n’abdiquent pas. Au contraire, les champions de Tunisie clament leur détermination à renverser la vapeur et à emporter, devant leur public, la Ligue des champions. « Le moral est excellent et nous sommes plus forts que jamais. Nous n’avons jamais abdiqué. Nos joueurs sont d’un caractère bien trempé, solides comme l’acier. Je leur ai simplement demandé de respecter les règles du fair-play, assurait même Hamdi Meddeb, le président de l’EST. Nous allons nous battre jusqu’au bout, de la première à la dernière minute. Le défi est difficile, à nous tous de le relever. »

L’Espérance y croit

Même son de cloche du côté de Faouzi Benzarti. « Le miracle existe et puis nous les avons bien battus en poule » n’a de cesse de répéter le coach de l’Espérance. En vieux briscard, le coach tunisien a basé toute sa stratégie sur l’aspect psychologique: « Samedi, il nous faudra lutter ensemble et faire valoir notre jeu collectif habituel. Nos vertus mentales traditionnelles : esprit de corps, solidarité et générosité peuvent nous aider à relever le défi. » Des discours semblent revigorer les coéquipiers d’Oussama Darragi,prêts à effacer la terrible déception du stade de la Kenya, à l’image du buteur Nigérian Michael Eneramo. « Nous gagnerons pour donner à réfléchir à ceux qui ont désigné lors du match aller, l’arbitre togolais, alors que dans son pays, le championnat national est suspendu depuis février dernier. »

Dans le camp d’en face, pas question de prendre ce match à la légère. Le TP Mazembe y est presque, pas question de trébucher alors que les Congolais ont une main sur la coupe. D’ailleurs, les tenants sont allés préparer cette finale retour en Belgique. Une préparation minutieuse qui n’empêche pas Moïse Katumbi, le président des champions d’Afrique, de s’inquiéter. « Tout peut arriver. Les joueurs ont leur destin entre leurs mains. Nous nous désirons fermement conserver la couronne conquise la saison passée », a-t-il déclaré. Les camarades de Kasongo, auteur d’un doublé à Lubumbashi, sont sur leur garde et prêts à livrer la dernière bataille pour ramener la couronne à la maison.