Candidat à la présidence de la FIFA, Tokyo Sexwale a finalement annoncé son retrait de la course au dernier moment, quelques heures avant le scrutin vendredi dernier à la surprise générale. Le Sud-Africain a justifié cette décision en indiquant qu’il était « réaliste » sur ses faibles chances de sacre et qu’il avait aussi décidé d’abandonner afin de réduire le climat de tensions qu’il a ressenti avant le vote. « Je suis du pays de Nelson Mandela, qui a prêché la réconciliation, et j’ai pu sentir les tensions au fur et à mesure que nous avancions dans le congrès. J’ai senti que j’avais un rôle à jouer pour sortir de l’impasse« , a expliqué l’homme d’affaires de 62 ans à la BBC. Les plus pragmatiques diront que l’ancien compagnon de prison de Mandela a simplement monnayé les votes de ses soutiens en échange d’un poste avantageux dans le nouvel organigramme de la FIFA, peut-être auprès de Gianni Infantino, le nouveau président de l’instance dirigeante du ballon rond.