Karim Benzema a franchi un nouveau pallier, mercredi soir, à Glasgow, dans sa fulgurante ascension avec l’Olympique lyonnais. Certes, il ne s’agissait « que » des Rangers. Mais le jeune avant-centre lyonnais, loin d’être impressionné par l’enjeu – une qualification pour les 16e de la Ligue des Champions – s’est au contraire nourrit de la pression pour donner un but et en marquer deux.


Si le propre d’un grand joueur est bien de répondre présent lorsqu’il est attendu, Karim Benzema est un très grand joueur. Mercredi soir, son club, l’Olympique lyonnais, devait remporter son dernier match de poule, face aux Glasgow Rangers, dans l’antre des Ecossais, Ibrox Park, pour poursuivre sa route en Ligue des Champions. Tout le monde avait les yeux rivés sur Benzema, et Benzema a provoqué le premier but, conclut par Sydney Govou, avant d’en inscrire deux autres.

« La pression, l’enjeu, ça ne me fait que du bien. Savoir que tout va compter, que ça va se jouer sur un détail, ça me booste », expliquait-il la veille au quotidien sportif français L’Equipe « Quand tu es l’avant-centre d’un grand club, on ne te demande pas ton âge, on te demande de marquer des buts, poursuivais le jeune lyonnais, qui aura 20 ans le 19 décembre prochain. J’ai cette responsabilité là : marquer ou faire marquer (…) Et c’est dans ces matchs là qu’il faut faire la différence. Si moi ou un autre, on fait un gros truc, c’est quelque chose qui va rester, on le sait », ajoutait-il, tout en affirmant se focaliser sur le jeu de l’équipe entière.

Dans tous les coups

Mercredi, le jeune attaquant a immédiatement montré à ses coéquipiers qu’il était dans le match. Alors que la stratégie lyonnaise consistait à balancer de longs ballons sans chercher à construire, il s’est appliqué sur tous ses contrôles et a mis en danger la défense des Rangers pratiquement à chaque fois que le ballon lui est parvenu. Sur le premier but, Hatem Ben Arfa lance brillamment son compère dans l’intervalle, entre deux défenseurs, sur la droite de la surface de réparation écossaise, Benzema centre sans contrôle vers le gardien des Rangers, qui repousse la balle dans les pieds de Govou. L’international français n’a plus qu’à pousser le ballon dans la cage.

Après une cinquantaine de minutes où les champions de France restent à la merci des Ecossais, les premiers manquent le KO, à la 80e minute, avant que les seconds ne ratent l’ocasion de revenir au score. Benzema, pour Lyon, voit son tir arrêté sur la ligne de but par un défenseur, après qu’il ai remporté son duel face au gardien adverse, et Darcheville, pour Glasgow, réussit l’exploit de mettre le ballon sur la barre transversale lyonnaise en arrivant lancé sur un centre à un mètre de la cage ! Alors que les Rangers sont condamnés à aller chercher le nul pour se qualifier à la place de leur adversaire, Benzema profite des espaces et ne tarde pas à sceller la victoire des siens.

Le jeune prodige exploite d’abord une erreur défensive écossaise sur un coup-franc rapidement joué par Juninho, pour se retrouver seul devant le gardien adverse et placer un « pointu » entre ses jambes, selon ses propres mots, au micro de Canal +. Le troisième but, il le construit seul. Lancé en profondeur mais sans vitesse, il fait admirer sa conduite de balle pour s’éloigner des deux derniers défenseurs qui l’entourent, se libérer un petit espace de tir et décrocher une frappe décroisée des 25 mètres, qui ne laisse aucune chance à Allan McGregor.

A la fin de la rencontre, tout le staff lyonnais, qui ne s’y trompe pas, tombe dans les bras du meilleur joueur de Ligue 1. Voilà trois semaines, le quotidien sportif italien La Gazetta dello sport avait indiqué que le Milan AC était près à poser 30 millions d’euros sur la table pour s’attacher les services de Benzema. Après la soirée de mercredi, la pression risque de se faire encore plus forte sur l’OL.