En plus de la défaite, les joueurs de l’Olympique de Marseille ont dû subir les insultes racistes de supporters du Zénith Saint-Pétersbourg, mercredi, en huitième de finale retour de la Coupe de l’UEFA. Un cas d’école pour Sepp Blatter, le président de la FIFA, qui a de nouveau réclamé la fermeté sur ce genre d’affaires dimanche dernier.


L’Olympique de Marseille se déplaçait ce mercredi avec deux buts d’avance (3-1) à Saint-Pétersbourg, en Russie, pour y affronter le Zénith, en huitième de finale retour de la Coupe de l’UEFA. En plus de la défaite finale (2-0 et 3-3 en score cumulé) et de son élimination de la compétition, plusieurs joueurs noirs de l’équipe ont dû supporter les insultes racistes de certains supporters sans que l’arbitre de la rencontre ne réagisse.

« On nous a lancé une banane, avec des cris de singe. C’est pas terrible… Cela rajoute une couche à la défaite, alors qu’ils avaient tout pour faire la fête. Ces spectateurs nous ont regardés ouvertement, en faisant des cris de singe. Avec des choses comme cela, on aurait bien aimé que le match soit arrêté, pour mettre dehors ces individus », a déclaré le défenseur Ronald Zubar à l’antenne de RMC.

L’international espoir français (22 ans) originaire de Guadeloupe a subi ces insultes alors qu’il s’échauffait, pendant la mi-temps, en compagnie du milieu de terrain burkinabé Charles Kaboré (20 ans), ancien pensionnaire de l’Etoile filante de Ouagadougou, et du jeune attaquant André Ayew « Pelé » (18 ans), qui avait pris part à la dernière Coupe d’Afrique des Nations avec le Ghana. « Je l’ai signalé à l’arbitre assistant mais il a dit qu’il ne pouvait rien faire parce qu’il était dans son match… », a insisté Ronald Zubar auprès de RMC.

Un cas d’école pour Blatter

Cet incident, loin d’être isolé, intervient trois semaines après l’affaire Ouaddou, défenseur du FC Metz copieusement insulté lors d’un match du championnat de France de première division. L’international marocain assure avoir signalé les agissements du supporter à l’arbitre, qui n’a pas réagi, avant d’aller directement lui demander des comptes. Ce qui lui a valu un second carton jaune.

Réagissant à cette affaire, le président de la Fédération internationale de football (FIFA), Sepp Blatter, s’était montré ferme, dimanche dernier, lors de l’assemblée générale de l’International Board. « La seule solution est d’enlever des points aux clubs dont les supporters ont commis de tels actes. Il n’y a que cela pour éradiquer le problème et faire comprendre aux gens qu’ils ne doivent pas agir comme cela. Je vais même plus loin. On devrait donner la victoire à l’équipe dont le joueur a subi des insultes racistes. Peu importe le score final, la victoire va à l’équipe victime. Sinon, nous n’arriverons jamais à nous défaire du racisme », avait-il assuré. Des déclarations d’intention que Sepp Blatter avait déjà faites par le passé sans qu’elles ne soient suivies d’effet.

Lire aussi :

Racisme : des supporters de Bastia insultent à nouveau Boubacar Kébé

Le joueur marocain Ouaddou victime de racisme

Le président de la Fifa veut sanctionner les joueurs et les clubs racistes (déc. 2005)

Racisme : Ferdinand Coly insulté, le stade italien sanctionné

Racisme ordinaire dans les stades européens