Après avoir quitté leur hôtel de Libreville mardi soir en guise de protestation pour une affaire de primes, les joueurs du Gabon ont finalement fait machine arrière le lendemain. Mais ce nouvel incident ne présage rien de bon pour les Panthères à deux jours d’un match capital face au Mali.


Régulièrement déchirée par des problèmes internes, la sélection du Gabon se paie encore sa crise ! D’après la presse locale, les Panthères ont quitté mardi soir l’hôtel de Libreville dans lequel elles étaient rassemblées en vue du match de samedi contre le Mali comptant pour la 1ère journée des éliminatoires de la CAN 2019.

En cause : « une décision du ministre des Sports de ne payer les primes que pour 18 joueurs sur les 25 en regroupement et 3 membres du staff sur 11« , rapporte le site Les Panthernautes. Après avoir chassé le représentant du ministère, les coéquipiers de Didier Ibrahim Ndong auraient donc décidé de quitter les lieux.

Mais visiblement les négociations ont repris leurs cours et les deux camps ont rapproché leurs positions puisque les joueurs auraient regagné leur hôtel mercredi. Preuve que les choses vont dans le bon sens, le vice-champion d’Europe avec la Juventus Turin, Mario Lemina, a rejoint ses coéquipiers. Reste qu’entre cette nouvelle affaire extrasportive et des résultats toujours très décevants sur le terrain, comme en atteste le 0-0 de dimanche contre la Zambie B, le pays-hôte de la CAN 2017 ne parvient pas à se rassurer à quelques jours d’une échéance capitale…