Dans les grands championnats européens, les Africains ont connu des fortunes diverses. Après cette 38e et dernière journée, c’est maintenant l’heure des comptes. La joie de de Cheick Diabaté, auteur d’un doublé, et d’Hilal Soudani, vainqueur de la Coupe du Portugal, contraste avec la détresse d’Eloge Enza Yamissi. Afrik-Foot revient sur un week-end riche en émotions.



 En hausse

Cheick Diabaté (Bordeaux) : Avec un nouveau doublé inscrit face à Evian Thonon Gaillard (2-1), Cheick Diabaté montre qu’il est en forme en cette fin de saison. L’attaquant bordelais a d’abord ouvert le score sur un penalty qu’il s’était lui-même procuré, poussant Johann Durand, le portier adverse, à le déséquilibrer (5e). Une demi-heure plus tard, lancé dans la profondeur par son compatriote Abdou Traoré, le Malien de 25 ans inscrit son 15e but de la saison (son 8e en L1). Le meilleur buteur de la CAN 2012 reste sur huit réalisations en autant de rencontres.

Alex Song (Barcelone) : Titularisé par Tito Vilanova pour la 17e fois en Liga à l’occasion du derby face à l’Espanyol (2-0), le Barcelonais Alex Song a livré un match très satisfaisant. Le Camerounais a été solide défensivement, auteur de bonnes interceptions. Alors que ses détracteurs lui reprochent de ne pas souffrir la comparaison avec ses coéquipiers techniquement parlant, le milieu défensif a livré une prestation intéressante dans les phases d’attaque, réalisant de bons centres et quelques beaux gestes. A confirmer contre Malaga la semaine prochaine, à l’occasion de la dernière journée de Liga.

Hilal Soudani (Vitoria Guimaraes)  : Alors que le Vitoria Guimaraes était mené par le Benfica depuis la demi-heure de jeu et sentait la finale de Coupe du Portugal lui échapper, Hilal Soudani, bien lancé en profondeur, a remis son équipe sur les rails à la 80e. Deux minutes plus tard, Ricardo Pereira a doublé la mise pour le Vitoria. Succès historique pour le club, qui remporte le trophée pour la première fois de son histoire. De son côté, Soudani, qui devrait prendre très prochainement la direction du Dinamo Zagreb, boucle une belle saison, ponctuée de 9 réalisations en 20 rencontres.

Oscar Ewolo (Laval-Ligue 2) : Le maintien en guise de cadeau de départ. Après une saison à Laval, Oscar Ewolo va quitter les Tangos. Qu’importe, en bon capitaine, le Congolais de 34 ans est parvenu à maintenir le navire à flot et Laval en L2. Mis sous pression par Le Mans, les Tangos devaient ne pas perdre pour rester au deuxième échelon national. Ils ont accompli leur tâche avec brio, l’emportant 3-2 contre Châteauroux. Oscar Ewolo a été passeur décisif sur le dernier but lavallois, celui de la délivrance, inscrit par Anthony Gonçalves à la 67e, portant le score à 3-1. En fin de contrat, Ewolo a appris le lendemain qu’il ne serait pas conservé. Avec son expérience, sa mentalité irréprochable et une saison pleine à son actif (31 matches joués) , le milieu de terrain devrait parvenir à rebondir.

Nassim Akrour (Istres-Ligue 2) : Alors qu’il fêtera ses 39 bougies cet été, l’Algérien est toujours là. Forcément, à son âge, l’attaquant a plus de mal à répéter les efforts (22 titularisations cette saison), mais il n’a rien perdu de son sens du but. En atteste son doublé inscrit face à Nantes vendredi (2-2). Puissant sur le premier but où il s’impose, face à un défenseur nantais pour placer une tête, l’Algérien laisse parler sa technique sur le second, en réalisant un coup du sombrero sur le gardien adverse, avant de marquer dans le but vide. En fin de contrat en juin, l’attaquant, 4 réalisations et une passe décisive au compteur, ne semble pas désireux de raccrocher les crampons. Ce serait du gâchis !

 En baisse

Salomon Kalou (Lille) : Certes Kalou a ouvert le score juste avant la pause, en jaillissant devant Stéphane Ruffier à la suite d’une bonne remise de la tête de Ronny Rodelin. Il s’agit de la douzième réalisation de l’Ivoirien en 2013. Mais l’ancien joueur de Chelsea a aussi beaucoup vendangé : à la 25e, François Clec détourne le tir de l’Ivoiren sur sa ligne. A la 80e, sa tête est à nouveau sauvé in extremis par un défenseur stéphanois. Une maladresse inhabituelle qui coûte cher à Lille, contraint au nul sur sa pelouse face à Saint-Etienne (1-1). Avec ce résultat, les Nordistes terminent 6e et ne disputeront aucune compétition européenne la saison prochaine. Un but leur aurait suffit pour vaincre les Verts et décrocher la 4e place, synonyme d’Europa League.

Enza Yamissi (Troyes) : « On sait ce qu’on est capable de faire. On ne mérite pas de descendre« , déclarait Eloge Enza-Yamissi avant d’affronter Valenciennes. La détermination du capitaine troyen n’aura pas suffi. l’ESTAC a lâché prise en fin de rencontre (1-2) et évoluera en Ligue 2 la saison prochaine. Le nul décroché par Sochaux sur la pelouse de Bastia (0-0) aurait de toute façon condamné les Aubois, même en cas de victoire. Malgré la qualité de jeu déployé tout au long de la saison, les Troyens paient leur absence de véritable buteur et leurs largesses défensives de la première partie de saison. Le Tunisien Fabien Camus et le Guinéen Mohamed Yattara gouttent aussi aux affres de la relégation.

Teddy Mezague (Montpellier) : Match à oublier pour le jeune franco-camerounais de Montpellier, impliqué sur les deux buts concédés face à Toulouse (0-2). Sur la première réalisation adverse, Adrien Rabiot trouve Wissam Ben Yedder qui file seul au but en effectuant une passe en profondeur dans le dos de Mezague depuis le rond central. Jouant de malchance, le défenseur de 23 ans est humilié par le très technique Ben Yedder, qui le fixe sur le second but.

Mubarak Wakaso (Espanyol Barcelone)  : Complètement dépassé par Dani Alves et Alexis Sanchez dans son couloir gauche, le Ghanéen a multiplié les fautes tout au long du match face au FC Barcelone (0-2). A la 81e, le milieu de terrain a logiquement été expulsé. Une décision qu’il a contesté, récoltant bêtement un deuxième carton jaune, synonyme d’expulsion, qui facilitera le deuxième but blaugrana de Pedro quelques minutes plus tard.

Onyekachi Apam (Rennes)  : Titularisé en charnière central pour la huitième fois de la saison, le Nigérian a vécu une soirée compliquée à Gerland (0-2). Alors que les Lyonnais se heurtaient jusqu’alors à un bloc défensif breton bien en place, Apam a stoppé de la main un ballon que Lisandro Lopez avait levé pour tenter de contourner le puissant défenseur. La faute ayant eu lieu dans la surface de réparation, l’arbitre a logiquement sifflé penalty. L’Argentin n’a pas manqué de transformer la sanction (23e). Décidément pas à la fête, Apam se rendra coupable d’un vilain tacle en retard sur la cheville de Clément Grenier juste au retour des vestiaires.