Maroc : Akhomach s’est servi de l’Espagne !

Le néo-international marocain Ilias Akhomach (19 ans, 2 capes) a livré une confidence par rapport à son choix de rejoindre les Lions de l’Atlas.

En mars dernier, l’équipe du Maroc a vu les débuts de plusieurs nouveaux, et principalement ceux de Brahim Diaz et d’Eliesse Ben Seghir. Dans l’ombre du Madrilène et du Monégasque, Ilias Akhomach a lui aussi démarré, certes au petit trot. L’ailier de Villarreal a été lancé pour les deux dernières minutes face à l’Angola (1-0), puis a disputé un quart d’heure contre la Mauritanie (0-0).

La concrétisation d’un rêve pour le natif de Hostalets de Pierola. Car, à en croire ses dires, son objectif de longue date était de rejoindre les demi-finalistes de la Coupe du monde 2022. International marocain U15 en 2018, le gaucher a expliqué avoir joué pour les sélections jeunes de l’Espagne (depuis les U16 jusqu’aux Espoirs en septembre 2023) uniquement pour engranger de l’expérience, avant d'opter pour les U23 du Maroc l'an passé.

Comment Akhomach s’est servi de l’Espagne

“J'ai joué dans l'équipe de jeunes espagnole pour acquérir de l'expérience et continuer à m'améliorer, mais tout le monde connaissait ma décision finale”, a-t-il déclaré dans une interview pour beIN Sports relayée par le média Sport. “La panenka de Hakimi contre l'Espagne (en 8es de finale de la Coupe du monde 2022, ndlr) a été le moment où j'étais le plus heureux avec l'équipe nationale, j'ai ressenti beaucoup de bonheur”, a-t-il ajouté, tout en se disant “reconnaissant” vis-à-vis de l'Espagne.

À l’arrivée, bien lui en a pris, puisqu’il lui a ensuite suffi d’une apparition avec l’équipe du Maroc Olympique en novembre dernier (défaite 3-0 face aux Espoirs du Danemark) pour être convoqué par Walid Regragui. Reste à savoir si le gaucher a impressionné le sélectionneur en vue des prochaines échéances en juin (éliminatoires de la Coupe du monde 2026 contre la Zambie et le Congo).

Maroc : Akhomach s’est servi de l’Espagne !
Prudence Ahanogbe

Couteau suisse de la rédaction footballistique, je perce mon trou grâce au dépassement de soi. Sur mon versant gauche, un don indescriptible pour l’écriture, un peu comme Messi, et sur le versant droit, beaucoup de travail, à la Cristiano Ronaldo.