Maroc-Belhanda: “Trop sûrs de nous à la CAN”

Brillant avec Montpellier depuis le début de la saison, Younes Belhanda ne connaît pas la même fortune sous le maillot de la sélection marocaine. Mais le milieu de terrain espère se rattraper. “Il faut nous laisser grandir ensemble. L’entraîneur a mis un groupe en place depuis son arrivée il y a un an, il ne faut pas le harceler et le laisser travailler, plaide le Lion de l'Atlas sur le site de la FIFA. Nous sommes partis trop sûrs de nous à la CAN, comme si les bons résultats préalables nous donnaient le droit de viser la finale en partant la fleur au fusil. Dans ce genre de compétition, si mentalement on n’a pas la bonne attitude, il est difficile de réussir. Une CAN, c’est un autre football qu’en Europe et on a refusé de l’accepter. On a voulu jouer à l’européenne. C’est une erreur tactique, mentale mais aussi un manque de maturité. Nous devons aussi tenir compte du fait que notre jeu est purement technique. Nous allons donc essayer d’introduire un peu de physique en essayant de trouver des joueurs qui peuvent aller à la tâche. Il nous faut un meilleur mélange entre l’aspect technique et physique. Notre identité on l’a trouvée avec la force de notre collectif, mais il faut ajouter du combat physique dans notre jeu. Il faut trouver le juste milieu et le bon équilibre entre cette nécessité physique et nos forces techniques. Il ne faut pas tout mettre sur le dos du sélectionneur. Je comprends les critiques mais parfois elles sont trop dures. L’entraîneur est nouveau dans le football africain, mais il a assez d’expérience pour avoir appris de cette déception. Il faut le laisser travailler. Le peuple et la presse sont déçus, mais nous aussi nous le sommes. On y était allé pour gagner, le coup a été dur à encaisser. Mais il faut laisser de côté cet échec, il n’y pas de place pour les remords et regrets. La plupart des joueurs dans le groupe ont moins de dix sélections, il ne faut pas l’oublier.”

Maroc-Belhanda: “Trop sûrs de nous à la CAN”
Rédaction

Issa Hayatou, Ahmad Ahmad, Patrice Motsepe… Lancée en 2010, la rédaction d’Afrik-Foot en a vu défiler des présidents de la CAF. Sa plume peut parfois être acerbe mais elle a toujours le même objectif : œuvrer au développement du football africain, sans rien cacher de ses réussites comme de ses faiblesses.