Maroc: Les Lions de l’Atlas en reconquête

A la veille du match amical contre le Burkina Faso, première rencontre officielle du Maroc depuis la CAN 2012, Eric Gerets s'est livré à la presse. Et le sélectionneur des Lions de l'Atlas l'assure: il ne va pas se laisser démonter et compter rebondir le plus vite possible. Mais il y aura des changements.


La CAN 2012 a laissé des traces au Maroc. Favoris désignés, les Lions de l'Atlas sont passés à la trappe dès le premier tour, battus par le Gabon (3-2) et la Tunisie (1-2) avant de sauver l'honneur (1-0) face au Niger. Une contre-performance qu'il faudra oublier, trois semaines après, pour les retrouvailles entre les Marocains et leur public, à Marrakech, face au Burkina Faso.

Un match qui inquiète Eric Gerets, le sélectionneur belge attaqué de toutes parts après la déroute de la CAN. “Je ne sais pas à quelle ambiance m'attendre… Je pense qu'il y aura des personnes qui vont nous siffler, et d'autres bien sûr qui vont nous encourager. A nous de leur prouver qu'ils peuvent avoir confiance en nous“, expliquait le technicien belge en conférence de presse. Même son de cloche du côté du milieu de terrain Adil Hermach qui lance un appel aux supporters: “Qu’ils nous encouragent toujours, qu’ils restent derrières nous et qu’ils n’arrêtent de croire en l’équipe nationale.

“Il va y avoir des changements”

Mais Gerets, qui a également tenté d'arrondir les angles avec le journalistes et les entraîneurs locaux, le sait, c'est par le jeu et les résultats que son équipe retrouvera le coeur des Marocains. “L'ambiance va dépendre de notre prestation. Si on joue un bon football, les sifflets vont disparaître“, a assuré l'ancien entraîneur de l'OM, qui reste tout de même marqué par l'échec de la CAN. “Il va y avoir des changements. Des choses nécessaires et indispensable pour progresser“, a-t-il ainsi affirmé.

En attendant, c'est au grand stade de Marrakech que les Lions de l'Atlas vont devoir mettre le bleu de chauffe. Face à un Burkina Faso, lui aussi décevant lors de la Coupe d'Afrique mais qui “servira de test afin de jauger le niveau de certains joueurs“. A n'en pas douter, l'après-CAN annonce des grands changements puisque Gerets n'a eu de cesse de marteler qu'il allait “faire confiance à ceux qui le méritent car, eux, ils ne m'ont jamais déçu“.

Avatar photo
Ali Makhan