Avec le forfait de Franck Ribéry et les incertitudes entourant la participation de Cristiano Ronaldo et Luis Suarez à la prochaine Coupe du monde, le joker médical s’immisce au coeur de l’actualité en cette période de pré-Mondial.


A moins de deux semaines du coup d’envoi de la XXe Coupe du monde, les sélectionneurs ont remis leur liste définitive, comprenant 23 noms, à la FIFA lundi dernier, alors que les incertitudes planaient encore sur la participation de quelques joueurs. Rien de très inquiétant puisque le règlement de la compétition autorise le recours à un joker médical, sous certaines conditions, précisées dans l’article 29 du règlement, alinéa 6 :

 « Un joueur de la liste définitive ne pourra être remplacé que s’il a été gravement blessé au plus tard 24 heures avant le coup d’envoi du premier match de son équipe. Les joueurs pouvant remplacer un joueur blessé ne doivent pas forcément faire partie de la liste des joueurs à libérer (les réservistes, ndlr). De tels remplacements doivent être approuvés par écrit par la Commission Médicale de la FIFA après réception et acceptation d’un certificat médical détaillé (…). La Commission Médicale de la FIFA approuvera la demande si la blessure est suffisamment grave pour empêcher le joueur de participer à la compétition. »

Président du syndicat mondial des joueurs (FIFPRO), Philippe Piat, interrogé par France Info, conseille toutefois de lire entre les lignes. « Une blessure grave est une blessure qui survient de manière inopinée« . Autrement dit, un joueur sur lequel un doute plane depuis plusieurs semaines ou mois ne serait pas considéré comme blessé « gravement » et la sélection concernée pourrait se voir refuser son remplacement par un joker médical.

La FIFA conciliante

Face à cette incertitude, les sélectionneurs ont dû faire un choix. Il y a ceux qui ont joué la carte de la prudence, comme José Pékerman, le sélectionneur de la Colombie, qui a préféré ne pas prendre de risque en se passant de Radamel Falcao, la star des Cafeteros. Il y a aussi ceux qui ont tenté des coups de poker plus ou moins risqués : Oscar Tabarez avec Luis Suarez (ménisque), Paulo Bento avec Cristiano Ronaldo (cuisse et genou gauche) et Didier Deschamps avec Franck Ribéry (lombalgie).

Pour l’instant, la chance a sourit aux audacieux : bien que blessé de longue date, Franck Ribéry a pu être remplacé par Morgan Schneiderlin dans la liste des 23 Bleus sans que la FIFA n’oppose son refus. Idem pour la Belgique où le sélectionneur Marc Willmots s’est fait remarquer en utilisant son joker médical mardi, seulement 24 heures après l’envoi de sa liste à la FIFA ! Bien que Koen Casteels, troisième gardien des Diables Rouges, soit blessé de longue date, la FIFA n’a rien trouvé à y redire et a autorisé son remplacement par Sammy Bossut.

Pas d’inquiétude pour les sélections africaines

Du côté des sélections africaines, pas d’incertitude majeure sur la participation des têtes d’affiches au Mondial. Un temps blessés, Samuel Eto’o (Cameroun) et Didier Drogba (Côte d’Ivoire) ont été remis sur pied bien à temps, participant respectivement à un et deux matches de préparation avec leur sélection. Les deux vedettes ont d’ailleurs trouvé le chemin des filets.

Un temps éloignés des terrains, les frères Touré sont rétablis. Kolo a débuté le match amical face au Salvador (2-1), mercredi, tandis que Yaya, laissé au repos pour la rencontre, a repris l’entraînement. Victime d’une blessure à la cuisse, l’Algérien Hassan Yebda (cuisse), préféré à Adlène Guedioura dans la liste de Vahid Halilhodzic, va mieux lui-aussi. Il est même entré en cours de jeu face à la Roumanie (2-1), mercredi. Seuls les Nigérians Ahmed Musa et Elderson Echiejile sont pour l’heure blessés. S’ils demeurent incertains pour le match amical de samedi soir face aux Etats-Unis, leur participation au Mondial ne souffre d’aucun doute.