Mondial des clubs : Sanni, l’Africain du Pacifique

Ultime représentant du continent africain au Mondial des Clubs après l’élimination de l’ES Sétif à laquelle il a contribué avec Auckland City, Issa Sanni a connu un parcours atypique. Fidji, Vanuatu, Nouvelle-Zélande : à 23 ans, le Nigérian a déjà arpenté les nombreuses îles qui composent l’Océanie.


Au Nigeria, nous n'avons que le foot, et nous adorons ça. Nous n'avons pas un grand championnat. Par contre, nous avons des joueurs très talentueux. Nous en avons même trop ! (rires)“, s’amusait Obafemi Martins en septembre sur le site de la FIFA. “Allez en Allemagne, en Russie, en Espagne, en Italie, n'importe où, vous y trouverez des Nigérians.” L’attaquant des Seattle Sounders aurait même pu ajouter la Nouvelle Zélande à sa liste.

Champion d’Océanie, Auckland City, qui défie San Lorenzo ce mercredi en demi-finale du Mondial des clubs à Marrakech (19H30 GMT), possède lui aussi son “Super Eagle” : Issa Sanni. L’attaquant de 23 ans est même le dernier représentant du continent africain dans la compétition (avec son coéquipier Ryan de Vries, bourreau de l’ES Sétif, né au Cap en Afrique du Sud mais qui pourrait opter pour la sélection de Nouvelle-Zélande).

Arrivée express

Pourtant, Issa Sanni n’aurait jamais dû participer à la compétition sans le forfait d'un de ses coéquipiers. Recruté en novembre, il n’avait pas disputé le moindre match avec Auckland jusqu’à l’affrontement contre le Moghreb de Tétouan (0-0, 4 tab à 3), mercredi dernier. Le Nigérian a pris le train en marche et rejoint sa nouvelle formation fin novembre lors de la préparation à Dubaï aux Emirats Arabes Unis.

Evidemment, Sanni va manquer de préparation et ne maîtrisera pas notre stratégie. Mais nous allons travailler aussi dur que nous pouvons avec lui pour l’aider et le mettre à l’aise dans l’équipe“, expliquait Ramon Tribulietx, son entraîneur.

Sacres, expulsion, rebond

Le Nigérian fait donc office de surprise dans la liste des joueurs retenus par le technicien espagnol pour la Coupe du monde des clubs. De surprises, son parcours en est d’ailleurs rempli. En 2011, à 20 ans, il quitte ses terres et parcourt près de 20 000 kilomètres pour rejoindre… les îles Fidji et le Lautoka FC. Un an plus tard, il est repéré par le Ba FC où il brille en terminant meilleur joueur et buteur de la Ligue des champions d’Océanie (neuf réalisations en huit matches), une première pour un joueur d’un club fidjien.

Mais à l’été 2013, le buteur tant adulé est jeté comme un malpropre. Son visa arrive à expiration : il est brièvement placé en détention puis expulsé. Il rebondit au… Vanuatu, à l’Amicale FC où il fait trembler les filets pendant un an, atteignant la finale de la Ligue des champions, où il est défait par Auckland, qu’il rejoindra quelques mois plus tard après un bref détour par WaiBOP United. Une étape de plus pour Sanni dans son périple au pays du rugby.

Mondial des clubs : Sanni, l’Africain du Pacifique
Romain Lantheaume

Je suis tombé amoureux du foot africain avec Didier Drogba, puis j’ai découvert Afrik-Foot en 2013. Depuis, nous ne nous sommes plus lâchés !