Parti de son poste d’entraîneur du FC Nantes pour devenir sélectionneur du Maroc à l’été 2019, Vahid Halilhodzic a récemment épinglé la direction du FCN, qui traverse une importante crise en coulisses. Le président des Canaris, Waldemar Kita, a sèchement répondu au technicien franco-bosnien en revenant sur les conditions de son départ.

«Que des coachs nous cassent alors qu’ils se sont très mal comportés… M. Halilhodzic est parti de lui-même, il nous a fait un petit dans le dos. Il s’est servi de nous, a manqué de professionnalisme en ne venant pas à certains entraînements. Pendant ce temps, il rencontrait des émissaires de la Fédération marocaine à Paris», a taclé le dirigeant dans les colonnes de L’Equipe.

«Je suis parti parce que je n’étais pas d’accord avec la politique sportive du club. La tête haute. Quand l’entraîneur n’a aucune influence… Ce n’est quand même pas au club de décider qui va jouer ou qui va partir. Je n’étais pas d’accord. Ce qui ressortait, c’était de l’improvisation et de l’incompétence à tous les niveaux», avait notamment déploré le 8e de finaliste du Mondial 2014 avec l’Algérie la veille dans les colonnes du quotidien sportif.