Apres cinq années de bons et loyaux services, Charles Kaboré va quitter l’Olympique de Marseille. La Provence annonce ce mercredi que l’international burkinabé va s’engager avec le club russe du FC Kuban Krasnodar. La transaction est estimée à environ 1,5 millions d’euros pour un contrat de 4 ans et demi.


La ruée vers l’Est se poursuit pour les joueurs africains. Après Samuel Eto’o, Lacina Traoré, Mbark Boussoufa ou encore Emmanuel Emenike, c’est au tour de Charles Kaboré de rejoindre la Russie. Tout juste revenu de la CAN 2013 qui l’a vu aller jusqu’en finale de la compétition avec le Burkina Faso, le milieu de terrain va quitter l’Olympique de Marseille pour rejoindre la Russie et le FC Kuban Krasnodar. Si la nouvelle de ce départ était dans l’air depuis plusieurs semaines, c’est La Provence qui a annoncé ce mercredi que toutes les parties étaient parvenues à un accord.

Le capitaine des Etalons avait été approché à de nombreuses reprises et une offre de 1,2 millions d’euros, avait même été refusée par l’OM. Finalement, Kaboré va quitter le club phocéen pour un montant global d’1,5 millions d’euros. Un départ rendu possible par le fait que le marché des transferts ne ferme ses portes que le 27 février en Russie.

Un salaire annuel de 1,5 millions d’euros

Un départ devenu presque inéluctable pour le natif de Bobo-Dioulasso avec l’arrivée cet hiver d’un milieu de terrain supplémentaire dans les rangs phocéens en la personne de Jacques-Alaixys Romao. Un concurrent de plus pour un joueur qui avait déjà vu son temps de jeu considérablement se réduire. Un message clair envoyé par sa direction, après que son transfert vers Saragosse ait échoué.

C’est donc dans le championnat russe que le milieu de terrain va poursuivre sa carrière, après avoir rejoint ses nouveaux coéquipiers qui se trouvent actuellement en stage à Antalya, en Turquie. S’il satisfait à la traditionnelle visite médicale, Kaboré va s’engager pour 4 ans et demi avec le Kuban Krasnodar, moyennant un salaire annuel estimé à 1,5 millions d’euros. une jolie plus-value financière pour le Burkinabé, après 5 années de bons et loyaux services à Marseille.