Absent remarqué de la liste de Florent Ibenge pour le match éliminatoire de la CAN 2019 face au Liberia, le buteur de la RD Congo, Cédric Bakambu, a expliqué qu’il n’a pas été convoqué suite à une décision de la Fédération qui a prétexté une affaire de passeport.


Attaquant vedette de la sélection de RD Congo, Cédric Bakambu a manqué les deux derniers rassemblements des Léopards et l’attaquant du Beijing Guoan ne figure pas dans la liste publiée lundi par le sélectionneur Florent Ibenge en vue du déplacement au Liberia le 7 septembre pour le compte de la 2e journée des éliminatoires de la CAN 2019. Forcément, le cas de l’ancien Sochalien interroge, certains se demandant si celui-ci ne boude tout simplement pas la sélection. Bien déterminé à mettre les choses au clair, le Léopard a effectué une nouvelle mise au point, après celle de mai, mercredi sur Facebook.

« Parce qu’il n’y a pas 10 vérités« , a titré le natif d’Ivry sur Seine avant de justifier son absence. « Mon absence lors de ce rassemblement pour affronter le Liberia ne dépend absolument pas de moi« , a assuré Bakambu. « Je suis toujours à la disposition de ma sélection nationale. Je m’étais même déjà mis d’accord avec mon club pour me rendre en Afrique auprès de la sélection, avant que la liste ne soit publiée, pensant qu’on ferait appel à moi. » Réaffirmant son attachement sans faille envers son pays, le joueur de 27 ans explique que la Fédération (Fecofa) a soulevé une sombre affaire de passeport pour expliquer sa non-convocation.

« Mon passeport est encore valide (cf la photo ci-dessous) et aux mains de la sélection. Pour moi comme pour tous les autres joueurs, la Fédération s’occupe elle-même des démarches administratives. Pour une raison qui m’échappe, il semblerait que, contrairement aux autres joueurs, le nécessaire n’ait pas été fait pour m’obtenir un passeport biométrique pour aller au Liberia. C’est malheureux, cela me peine, mais c’est ainsi« , a expliqué le buteur, en soulignant bien qu’il a manqué les deux derniers rassemblements pour cause de paternité mais que cette fois, son absence n’est absolument pas de son fait. La réponse de la Fecofa est désormais attendue…