Crédits photo : ASSE

Au fond du trou en ce début de saison, l’AS Saint-Etienne a frappé fort en remportant le derby contre l’Olympique Lyonnais (1-0) dimanche pour la première sur le banc de l’entraîneur Claude Puel. Pour arracher cette première victorieuse, le technicien s’est notamment appuyé sur deux Africains qui étaient en manque de confiance sous les ordres de son prédécesseur, Ghislain Printant : le Gabonais Denis Bouanga et l’Algérien Ryad Boudebouz.

Titularisé un match sur deux avec Printant, le premier, habituel ailier, a été aligné d’entrée et à un inattendu poste de piston droit dans lequel il a brillé en affichant un gros volume de jeu. Débordements, dédoublements, retours défensifs : l’ancien Nîmois s’est donné à fond et il aurait même pu ouvrir le score à l’heure de jeu si Lopes n’avait pas détourné sa reprise.

Décevant depuis son arrivée, Boudebouz venait quant à lui de débuter les trois derniers matchs de l’ère Printant sur le banc. Titularisé comme meneur de jeu au détriment de Wahbi Khazri, le Fennec s’est montré inspiré dans ses transmissions et incisif. Lopes détourne son tir sur le poteau en début de partie, puis il centre victorieusement pour la tête de Robert Beric à la 90e minute. Sans doute le début d’une nouvelle dynamique pour les deux hommes.

La passe décisive de Boudebouz 

La grosse occasion de Bouanga