Boudebouz

Auteur du but de la qualification de Saint-Etienne pour la finale de la Coupe de France (2-1) jeudi à la 94e minute face à Rennes, Ryad Boudebouz a célébré sa réalisation de façon très particulière en se collant les mains aux oreilles. L’international algérien a expliqué son geste ce samedi dans les colonnes de L’Equipe.

«Déjà, c’était réfléchi. Je voulais montrer que ce serait bien que toutes les critiques s’arrêtent. J’avais pensé au doigt sur la bouche ou dans les oreilles, mais d’autres le font déjà», a indiqué le milieu offensif. «Cela faisait deux, trois semaines que je me disais : il faut que je marque, et que ça change. J’ai toujours accepté les critiques, car je sais que l’on espère beaucoup de moi et que je dois en faire plus. Mais si les gens attendent la moindre erreur de ma part pour m’allumer, ce n’est pas juste. (…) Quand j’entends que je suis un mec qui ne veut pas travailler, que je ne suis là que pour l’argent, c’est normal que je sois contrarié et énervé, non ?»

Avec ce but historique, le Fennec a peut-être changé la suite de son aventure à Saint-Etienne.

La célébration de Boudebouz