A l’issue d’un long feuilleton et au terme d’âpres négociations avec le Zamalek, l’AS Saint-Etienne n’est pas parvenue à finaliser le transfert de l’attaquant Mostafa Mohamed qui a finalement rejoint Galatasaray sous la forme d’un prêt payant d’un an et demi à 2 millions d’euros avec une option d’achat de 4 M€. Le co-président de l’ASSE, Bernard Caïazzo, estime que cet échec est incompréhensible.

«C’est étrange et surprenant. Nous avons proposé cinq millions en dollars et en espèces au Zamalek, mais ils ont refusé. Tous les clubs souffrent de la crise économique, et eux refusent cette somme pour accepter seulement deux millions la semaine suivante ?», s’est étonné le dirigeant dans les colonnes du journal égyptien Elcaptain. «Soyons honnêtes : Galatasaray n’est pas connu pour payer rapidement les montants qu’il propose. Pour signer Mostafa, ils ont même dû vendre un de leurs éléments (Mbaye Diagne prêté à WBA) et mettre en vente Sofiane Feghouli. Le joueur du Zamalek souhaitait rejoindre Saint-Étienne, mais entre-temps, je ne sais pas ce qui a pu se passer, c’est incompréhensible.»

Même si sa mémoire semble lui jouer des tours, Caïazzo n’est pourtant pas sans savoir que ce sont les propos prononcés par son associé Roland Romeyer qui ont froissé les dirigeants du Zamalek et les ont incités à définitivement fermer la porte aux Verts dans ce dossier.