Sampdoria : Eto’o défie la malédiction de Toutânkhamon

Pour s’installer à Gênes, Samuel Eto’o a jeté son dévolu sur une drôle de maison : la Villa Altachiara. Construite par l’égyptologue qui a découvert le tombeau de Toutânkhamon, celle-ci serait frappée par la malédiction du Pharaon. Deux personnes y ont déjà perdu la vie dans d’étranges circonstances.


Je n’ai peur de personne“. Samuel Eto’o l’a assez souvent répété. L’attaquant camerounais vient encore de le prouver. Cette fois, il est même prêt à défier le célèbre pharaon Toutânkhamon. Récemment transféré à la Sampdoria de Gênes, l’ancien buteur de l’Inter s’est offert une maison, la Villa Altachiara, son parc verdoyant et sa vue surplombant la mer Méditerranée. Le tout pour la modique somme de 25 millions d’euros.

C’est cher payé quand on connaît l’histoire qui poursuit cette luxueuse demeure. Celle-ci serait tout simplement frappée par la “malédiction du Pharaon”. Et pour cause, elle a été construite par Lord Carnarvon, l’égyptologue qui a découvert le tombeau de Toutankhamon en 1922. Quelques mois plus tard, l’Anglais succombe à une piqure de moustique alors qu’il se rasait. Huit des 58 personnes impliquées dans la découverte mourront prématurément. D’où la légende de la malédiction du Pharaon.

Celle-ci semble avoir pris ses aises dans la Villa Altachiara puisque, depuis la disparition de Lord Carnarvon, deux autres décès ont eu lieu dans la demeure. Le neveu du Lord a d’abord perdu la vie quelques mois après lui en tombant dans les escaliers. Puis, en 2001, la comtesse et ancienne modèle Francesca Agusta a glissé de la falaise située au bord de la villa.

Son corps n’a été retrouvé que trois semaines plus tard, en France, le long des côtes de Saint-Tropez. De quoi faire froid dans le dos. Mais il en faut plus pour effrayer le Lion Indomptable.

capture_d_ecran_2015-02-17_a_13.57.46.png

Sampdoria : Eto’o défie la malédiction de Toutânkhamon
Rédaction

Issa Hayatou, Ahmad Ahmad, Patrice Motsepe… Lancée en 2010, la rédaction d’Afrik-Foot en a vu défiler des présidents de la CAF. Sa plume peut parfois être acerbe mais elle a toujours le même objectif : œuvrer au développement du football africain, sans rien cacher de ses réussites comme de ses faiblesses.