Plus appelé avec le Sénégal depuis l’élimination en Coupe du monde, l’attaquant Diafra Sakho a juré n’avoir aucun problème avec le sélectionneur Aliou Cissé dont il a tout de même critiqué les choix.


3 petites minutes lors du dernier match à la Coupe du monde 2018 contre la Colombie (0-1) et puis plus rien ! Depuis le Mondial russe, Diafra Sakho (29 ans) n’a plus été convoqué par le sélectionneur du Sénégal, Aliou Cissé. Sans s’offusquer de son absence, l’attaquant de Bursaspor a tout de même confié dans un long entretien accordé à la RTS qu’il a du mal à comprendre les choix récents du technicien.

« J’ai entendu à la télé, un journaliste demander au sélectionneur pourquoi Diafra n’est pas venu en sélection. Mais s’il y a eu un problème entre le coach et moi qu’il m’appelle ! C’est mon grand frère. Je n’ai jamais eu de problème avec Aliou Cissé« , a assuré l’ancien Messin, avant de s’interroger. « Après une Coupe du monde, quand tu prends ton gardien titulaire, Khadim Ndiaye, qui a été à la Coupe du monde et tu le sors définitivement de l’équipe… Il pouvait le faire venir et le mettre remplaçant. Mais pourquoi, il n’est pas là ? Mame Birame Diouf, l’attaquant qui a joué tous les matchs, le soldat qui a toujours été là. Pape Alioune Ndiaye a très bien joué contre le Japon. Tous ces gens n’ont pas été appelés. »

Conscient de ne pas avoir la cote en ce moment, Sakho préfère éviter de tirer des plans sur la comète, refusant de se projeter sur la CAN 2019 en fin de saison. « Pour dire la vérité, je ne pense pas aller à la CAN 2019. Même à la Coupe du monde, je n’ai jamais pensé que le coach allait m’appeler. Le plus important pour moi aujourd’hui, c’est mon club et ma famille. Si le coach trouve que c’est nécessaire de m’appeler, je viendrais et je défendrais les couleurs de l’équipe nationale« , a conclu Sakho, blessé ces dernières semaines et auteur de 2 petits buts en 8 matchs cette saison. S’il souhaite retrouver la Tanière, le natif de Guédiawaye devra se montrer plus prolifique au cours des prochains mois…

 L’intégralité de l’entretien avec Diafra Sakho en vidéo :