La scène a fait grand bruit en Algérie. Présent mardi dans les tribunes du Stade Nelson Mandela pour assister au match du CHAN 2022 opposant les Fennecs A’ à l’Ethiopie (1-0), l’ancienne gloire Rabah Madjer a été copieusement sifflé lorsque son visage s’est affiché sur les écrans géants de l’enceinte.

Ce comportement a poussé plusieurs cadres de la sélection algérienne à réagir. Après Islam Slimani, c’est le capitaine des Fennecs lui-même, Riyad Mahrez, qui est sorti du silence pour défendre son ex-coach. «Un peu de respect pour l’un des grands joueurs de notre histoire, et surtout une bonne personne», a écrit l’ailier de Manchester City sur Instagram. Des mots réconfortants pour l’homme qui a donné son nom à la talonnade.

Reste une question : pourquoi tant de haine de la part du public ? Outre son échec en tant que sélectionneur, les «fans» algériens reprocheraient à l’ex-buteur ses démêlés avec la justice, qui l’a condamné en juin dernier à six mois de prison ferme pour fausses déclarations comptables qui lui auraient permis de bénéficier d’aides publiques alors que les deux journaux qu’il dirigeait avaient cessé de paraître.