Malgré son année 2019 exceptionnelle, Sadio Mané a terminé à une très décevante 4e place lundi au Ballon d’Or. Si la légende El-Hadji Diouf a refusé de parler de racisme à l’égard de l’ailier de Liverpool, le président de la Fédération sénégalaise de football (FSF), Augustin Senghor, a pour sa part regretté des «préjugés» qui ont défavorisé le Lion.

«Autant il est difficile pour une femme d’être élue présidente des Etats-Unis d’Amérique ou de la France, autant il est difficile pour un footballeur africain d’être reconnu à sa juste valeur et élu Ballon d’Or ou The Best», a glissé le dirigeant dans des propos rapportés par l’Agence de Presse Sénégalaise. «Les préjugés ont la dent dure.»

Malgré tout, le dirigeant se veut optimiste pour l’avenir, lui qui a lancé un avertissement au jury du BO : «Mais Sadio et d’autres joueurs africains, nombreux au sommet, seront les meilleurs dans les prochaines années, et ceux qui votent ou décident n’auront pas le choix [de ne pas les désigner], sous peine de discrédit.» Le message est passé !