Bertrand Traoré

La belle 4e place décrochée à la CAN 2021 semble déjà bien loin pour le Burkina Faso. Au sortir d’un rassemblement de mars catastrophique avec deux naufrages en amical contre le Kosovo (0-5) puis la Belgique (0-3), l’unité n’est plus de mise chez les Etalons. Du côté des joueurs, un membre du staff est pointé du doigt : le team manager Aristide Bancé, accusé de tous les maux. A l’antenne de la RTB, le capitaine Bertrand Traoré a publiquement demandé son départ.

«On a fait savoir au président de la fédération qu’on ne souhaite plus travailler avec Aristide Bancé. Aristide, en arrivant chez les Etalons, on pensait qu’il allait nous apporter quelque chose, qu’il allait être la liaison entre nous et le staff technique. Il est pour nous un grand frère, nous avons joué ensemble et on n’a pas de problème avec lui. Mais on a décidé d’avancer sans lui pour l’avenir de ce groupe parce qu’il y’a eu des trucs», a lâché l’ailier d’Aston Villa. «S’il faut rentrer dans les détails, on va le faire. Nous constatons que certains journalistes transforment les propos. S’ils veulent tout savoir, on va tout dévoiler, mais, nous, on tenait à préserver son image.»

Bancé se sent trahi

L’ancien buteur des Etalons a répliqué ce samedi auprès de Burkina24 en accusant l’ancien Lyonnais d’en faire une affaire personnelle suite à un événement survenu pendant la CAN, lorsqu’il avait convenu avec le sélectionneur Kamou Malo de laisser Traoré sur le banc lors du dernier match de poules contre l’Ethiopie. «Il me dit (le sélectionneur, ndlr), ‘va dans sa chambre, va parler avec lui. Tu lui fais la proposition d’être sur le banc.’ C’est là que j’ai commencé à manger mon totem. Je vais dans la chambre du capitaine, je le fais assoir, je parle avec lui. Je dis ‘voilà ce que le sélectionneur a décidé. Il veut reconduire la même équipe. Cela ne veut pas dire que tu n’es pas en forme. Mais moi, je pense que si tu rentres, tu peux faire la différence’. Je lui ai dit, ‘en tant que grand frère, je pense que c’est une bonne idée. Il ne faut pas prendre cela mal’. Il m’a dit ‘OK. C’est lui qui t’a dit ça ?’ et il m’a dit qu’il va voir ça avec lui», rapporte Bancé. Sauf que les choses se sont ensuite envenimées…

«C’est comme ça que l’entraîneur vient me trouver avec l’adjoint en bas et voilà ce qu’il me dit : ‘vous voyez, il y a un changement. J’ai parlé avec le capitaine en question mais il va démarrer le match’. Je suis choqué. Ça ne veut pas dire que je ne l’aime pas. Mais je suis choqué. Tu m’envoies vers le joueur aller lui faire la proposition, dans mon dos, tu passes derrière, tu parles avec lui. Comment je deviens ? Je deviens la risée du capitaine. Je deviens le traitre dans l’équipe», a pesté l’homme de 37 ans, dont l’avenir repose désormais entre les mains du président de la Fédération, Lazare Banssé, qui est accessoirement son frère !