Samedi, la Confédération africaine de football (CAF) a fait savoir que la Chambre de Commerce Internationale (ICC) de Genève lui a donné raison dans le litige qui l’oppose à l’agence Lagardère Sports. Mais la firme française a contre-attaqué dimanche et apporté des précisions dans un communiqué, en estimant que l’instance panafricaine a remporté une bataille mais pas la guerre dans la mesure où l’ICC «n’a nullement statué sur le fond du litige».

La firme en a profité pour tacler le comportement de la CAF, qu’elle accuse pour rappel d’avoir décidé de rompre «unilatéralement» le contrat sur les droits médias et marketing du football africain censé lier les deux parties jusqu’en 2028. «Lagardère juge les actions de la CAF injustifiées et prendra toutes les mesures nécessaires et à sa disposition pour défendre ses intérêts, minimiser l’impact des préjudices immédiats sur son activité et protéger les intérêts de ses actionnaires», a écrit le groupe.

Le communiqué en intégralité

« Suite à la décision de la CAF de résilier unilatéralement son contrat d’agence avec Lagardère Sports, Lagardère a, conformément aux dispositions contractuelles, initié une procédure d’arbitrage d’urgence – visant à maintenir le contrat en application dans l’attente de la procédure d’arbitrage au fond – devant la Chambre de Commerce Internationale (ICC) de Genève.

Vendredi 13 décembre, si l’arbitre d’urgence a refusé d’instaurer ces mesures temporaires, il n’a nullement statué sur le fond du litige tout simplement parce qu’il n’en a pas la compétence.

Par conséquent, le résultat de la procédure d’arbitrage d’urgence ne présage en rien de l’issue d’une future procédure d’arbitrage au fond.

Dans ces conditions, Lagardère va poursuivre avec détermination et fermeté la procédure d’arbitrage au fond afin d’obtenir de la CAF la réparation de son préjudice.

Lagardère Sports est une société réputée et respectable qui a servi les intérêts de la CAF pendant de nombreuses années de manière efficace, loyale et engagée, travaillant de façon collaborative pour développer le football africain et lui permettre de toucher des milliers de nouveaux fans chaque année. À ce titre, le groupe Lagardère juge les actions de la CAF injustifiées et prendra toutes les mesures nécessaires et à sa disposition pour défendre ses intérêts, minimiser l’impact des préjudices immédiats sur son activité et protéger les intérêts de ses actionnaires. »