Le Gabon n’a pas tremblé face au Niger (2-0). A Libreville, devant leur public, les Panthères ont disposé d’une équipe du Mena particulièrement décevante. Mais les hommes de Gernot Rohr étaient trop forts. Aubameyang et Nguema, buteurs, ont envoyé toute une nation au paradis.


Pour son entrée dans la CAN 2012, SA CAN, le Gabon n’avait pas le choix : face au Niger, les Panthères devaient gagner. Dans un stade d’Angondjé totalement acquis à sa cause, le Gabon avait mis le ton d’entrée. Condamné à s’imposer, Gernot Rohr avait opté pour un système à trois attaquant très mobiles, Nguema-Aubemeyang-Mouloungui, qui a mis à mal l’arrière-garde nigérienne.

Il faut dire que le Gabon était sous pression. Les Panthères devaient gagner. Et avec la manière. Solidaires, les coéquipiers de Daniel Cousin, qui a débuté sur le banc, ont répondu présents. Avec beaucoup d’envie et de détermination, ils ont mouillé le maillot devant un Ali Bongo qui a jubilé à chaque réalisation de ses protégés. Et le président gabonais a eu de quoi sauter de joie. A la pause, les locaux menaient déjà de deux buts. La faute à une défense du Mena passive, mise à la peine par la percussion et la vitesse des Gabonais. L’ancien Parisien et Rennais Stéphane Nguema, rentré au pays pour retrouver du temps de jeu, était passeur sur l’ouverture du score d’Aubameyang (30e). Il s’est transformé en buteur (44e). Les deux fois sur une erreur de Kassaly, qui, par ses sorties hasardeuses, a permis aux Panthères de mener de deux buts.

Aubameyang est partout

L’affaire était donc entendue à la mi-temps et la partie s’est transformé en un attaque-défense à sens unique. On n’attendait pourtant pas les hommes de Gernot Rohr, incapables de se défaire du Soudan (0-0) ou du Burkina Faso (0-0) en amicaux, à pareille fête. Mais, ce lundi, Libreville poussait derrière des Panthères qui se sont soudain trouvées des ailes. Au propre comme au figuré. Avant la rencontre, le sélectionneur franco-allemand avait mis en avant la colonne vertébrale de son équipe (Ovono, Brou Apanga, Ecuele Manga, Poko, Moubamba, Madinda, Mouloungui), fustigeant par là-même son manque d’allant sur les côtés. Face à une équipe du Niger bien naïve, les ailiers gabonais ont fait la différence. Madinda (4e), Aubameyang (18e, 83e), Mouloungui (52e, 89e) et Cousin (90e) ont tour à tour mis le feu à un Mena bien décevant.

Une victoire largement méritée pour le pays hôte, séduisant et appliqué qui a réussi son entrée dans la compétition. Libreville est en joie après la victoire de ses Panthères, qui affronteront le Maroc, vendredi. Le Niger, bien faible, jouera sa tête le même jour, face à la Tunisie dans ce groupe C.