CAN 2012: Le Gabon sous pression

Pays hôte de la CAN 2012, le Gabon, qui débute sa compétition face au Niger, ce lundi à 17 heures, n'a pas le choix. Le pays hôte n'a pas le droit de perdre, à Libreville, devant son public. Tout bénef' pour le Mena?


Ce lundi soir, à 17 heures, la vie va s'arrêter au Gabon. Tous les regards seront tournés vers Libreville où les Panthères font leur entrée dans la compétition. SA compétition, LEUR compétition. Face au Niger, le Petit Poucet du groupe C de la CAN 2012.

Mais Gernot Rohr, le sélectionneur, se méfie. Un match facile face au mena? “Non, c'est le plus dur car tout le monde s'attend à ce que nous gagnons. Le Niger n'a pas beaucoup d'expérience mais il a réussi à éliminer l'Egypte et l'Afrique du Sud en qualifications”, assure le technicien franco-allemand à Eurosport. Pourtant, sur le papier, les Panthères n'ont pas de quoi trembler. De Didier Ovono à Moise Brou Apanga en passant par Bruno Ecuélé Manga via Pierre-Emerick Aubameyang ou Eric Mouloungui, les Gabonais disposent d'une équipe solide et expérimentée. Seule inquiétude, certains cadres, à l'image du capitaine Daniel Cousin, de Cédric Moubamba ou de Stéphane Nguéma, ont été obligés de rentrer au pays, faute de trouver un club en Europe. “Cinq ou six étaient sans club à la fin de la dernière saison. Donc, au lieu de rester au chômage en Europe et de perdre leur place dans les 23, je leur ai dit de venir tenter leur chance au Gabon. Et ils l'ont fait. Ils sont redevenus des candidats en puissance pour la CAN et ils ont en plus rendu le championnat local plus attractif. Plus de gens se sont rendus dans les stades. Et eux, ils ont rejoué régulièrement, ce qui était vital pour moi et l'équipe“, positive Rohr.

“Rester humble”

Et l'ancien coach de Nice peut s'appuyer sur une colonne vertébrale solide et expérimentée: “Un bon gardien (Ovono, Le Mans) et des défenseurs centraux solides: Brou Apanga (Brest) s'il est à 100% et Ecuele Manga (Lorient). Au milieu, le talentueux Poko (Bordeaux) et Moubamba (Bitam), un joueur d'expérience. Devant Madinda (Vigo) est capable de faire la décision et puis devant Mouloungi (Nice), Aubameyang (Saint-Etienne), Cousin (FC Sapins)… Le seul problème, ce sont les ailes. Nous devons progresser dans ce secteur.” Et surtout, se méfier du Niger.

Après avoir fait chuter l'Egypte et l'Afrique du Sud en éliminatoires, le Niger arrive au Gabon avec une certaine ambition. Et, surtout, sans pression. Les observateurs ne donnent pas cher de la peau du Niger, 98e nation au classement FIFA. Renforcés par l'arrivée de Rolland Courbis en guise de “super-conseiller”, les coéquipiers de Moussa Maazou, principale star du Mena, compte bien en surprendre plus d'un. “Notre objectif, c’est de toujours rester humble, dans cette compétition, dans cette cour des grands. Mais aussi de se surpasser, pour surprendre, comme on a été capables de le faire durant la phase de qualification. On s’est qualifiés devant l’Egypte et l’Afrique du Sud. Nous ne sommes par là par le fait d’un hasard, mais c’est parce que nous avons un certain niveau. Avec des adversaires comme la Tunisie, le Maroc et même le Gabon qui a quelques participations en CAN, le Niger sera véritablement la surprise“, assurait Harouna Doula avant la compétition.

Avatar photo
Ali Makhan