Initialement qualifié pour les barrages du Mondial 2014 après sa victoire sur la Tunisie (0-2), lors de la dernière journée des éliminatoires, le Cap Vert a déchanté jeudi en apprenant sa défaite sur tapis vert, synonyme d’élimination, après décision de la FIFA. Une sanction pour les Requins Bleus, coupables d’avoir aligné un joueur suspendu lors de ce match.


Les détracteurs du football africain ont dû s’en donner à cœur joie. Déjà que le continent s’était tristement illustré avec les premières affaires de recours au sujet de l’Ethiopie, du Togo et de la Guinée Equatoriale lors des 4e et 5e journées de la phase de poules des éliminatoires à la Coupe du monde 2014, le summum du ridicule a été atteint jeudi, après la décision de la FIFA d’éliminer le Cap Vert et de repêcher la Tunisie.

Pourtant vainqueur sur le terrain (0-2), samedi soir à Radès, les Requins Bleus ont déchanté jeudi, lorsque l’instance dirigeante du ballon rond a pris la lourde décision de leur infliger une défaite sur tapis vert (3-0), ce qui a eu pour conséquence de qualifier les Aigles de Carthage à leur détriment.

Varela suspendu et pourtant aligné

Une fois de plus, c’est une affaire de joueur suspendu qui est à l’origine de toute cette réaction en chaîne, qui a une nouvelle fois pointé du doigt l’incompétence, ou manque de professionnalisme (c’est au choix), de certains dirigeants. Suspendu pour quatre matches après avoir reçu un carton rouge pour comportement antisportif envers un officiel lors du match du 24 mars 2013 face à la Guinée Equatoriale, Fernando Varela, n’aurait jamais dû jouer face à la Tunisie lors de la 6e journée, ce que les Cap-verdiens ont laissé faire.

Mais si Varela a pris part à la partie, c’est en raison du « flou » qui a accompagné l’annulation des résultats de la double confrontation du Cap Vert face à la Guinée Equatoriale. Un flou qui n’en est pas vraiment un en regardant le règlement de plus près… Car si les Requins Bleus ont bien vu la FIFA leur accorder deux victoires sur tapis vert, les cartons récoltés au cours des deux rencontres n’étaient en rien annulés et Varela devait donc purger sa suspension et manquer le choc final face à la Tunisie.

Mauvaise publicité pour le football africain

Alors comment expliquer qu’au sein d’une fédération, dont la sélection est à l’heure actuelle 6e nation africaine au classement FIFA (même 4e avant l’annulation du résultat du match contre le Tunisie), les membres ne connaissent même pas les points clés du règlement des compétitions ? Difficile à croire, mais cet épisode improbable vient une nouvelle fois montrer au grand jour la gestion défaillante de certaines instances sur le continent.

A ce niveau-là, les erreurs se payent cash et le Cap Vert vient d’en faire la douloureuse expérience. Au final, c’est toute une nation qui trinque, avec des joueurs et des fans qui doivent définitivement faire une croix sur le rendez-vous brésilien, à deux matches du Mondial. Une fois de plus, le football africain n’en ressort pas grandi.