Alors qu’il avait avancé des raisons de santé pour rentrer au Portugal et rompre son bail avec le CS Sfaxien un mois après son arrivée en juin, l’entraîneur Jorge Costa a déjà rebondi chez lui en s’engageant avec Arouca. Le CSS s’estime floué et va porter l’affaire devant la FIFA.


Après avoir déjà fait des vagues lors de son passage sur le banc du Gabon, Jorge Costa se retrouve au cœur d’une nouvelle polémique en Tunisie. Mi-juin, l’entraîneur a en effet réclamé et obtenu son départ du CS Sfaxien un mois à peine après son arrivée.

L’intéressé avait mis en avant des raisons de santé nécessitant son retour chez lui au Portugal. Sauf qu’une fois rentré, Costa s’est engagé en faveur d’Arouca, relégué en deuxième division. Logiquement, le CSS a l’impression de s’être fait berner et le club compte bien porter l’affaire devant la FIFA dans l’espoir de recevoir un dédommagement, indique la presse locale. Pour le remplacer, les Noir et Blanc, qualifiés pour les quarts de finale de la Coupe de la CAF, ont fait confiance à un autre Lusitanien, José Ferreira da Mota.

Lors de son passage compliqué sur le banc du Gabon, Costa s’était déjà distingué par quelques absences remarquées et sa sortie médiatique surréaliste lors de laquelle il s’était présenté comme « le meilleur coach d’Afrique« . L’histoire compliquée entre le Portugais et le continent vient donc de s’enrichir d’une nouvelle péripétie !