En début de mois, le comité exécutif de la Confédération africaine de football (CAF) a décidé de faire rejouer la manche retour de la finale de la Ligue des champions entre l’Espérance Tunis et le Wydad Casablanca. Ce match avait été interrompu définitivement à la 60e minute. Pour justifier son choix, l’instance dirigeante du football africain avait pointé du doigt des problèmes de sécurité qui empêchaient selon elle la rencontre de reprendre dans de bonnes conditions. Comme il l’avait déjà indiqué pour Stad’Afric, le président de la CAF, Ahmad, en veut pour preuve les menaces dont il a fait l’objet.

«J’ai essayé de ramener tout le monde à la raison (lorsque le match était interrompu, ndlr). En vain… J’ai même reçu des menaces du président de l’Espérance (Hamdi Meddeb). Il a lancé : ‘Vous voulez la révolution ?’’ Que pouvais-je faire ?», a déploré le Malgache dans les colonnes de France Football.

«Depuis l’an dernier, dans nos compétitions, le VAR fonctionne partout, sauf en Tunisie ! Je doute que ce soit une coïncidence. Nous ne pouvons plus accepter ces dérapages, cette confusion à cause du non-fonctionnement du VAR», a ajouté le dirigeant. Des propos qui vont faire parler au pays des Aigles de Carthage !