Nouveau rebondissement dans l’affaire de la finale retour de l’édition 2018/19 de la Ligue des champions africaine. Dimanche, la commission de recours de la Confédération africaine de football (CAF) a rejeté l’appel du Wydad Casablanca et confirmé le sacre de l’Espérance Tunis. Mais, ce lundi, le club marocain a décidé de ne pas en rester là puisqu’il va à nouveau saisir le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) !

«Nous défendrons nos droits jusqu’au bout. Depuis deux mois, nous luttons contre cette ‘oppression’. L’Espérance ne mérite pas de gagner le titre, comme nous l’avons vu à Radès. Notre prochaine étape est de renvoyer l’affaire au TAS pour obtenir la justice», a affirmé à la BBC le président du WAC, Said Naciri, réélu ce lundi président de la Ligue nationale de football professionnel marocaine (LNFP).

Le TAS va-t-il revoir sa position ?

Pour rappel, après 1h30 de confusion, la finale retour avait été définitivement interrompue à la 60e minute lorsque les joueurs du WAC ont refusé de reprendre la partie, s’estimant privés à tort du but de l’égalisation et constatant que la VAR ne fonctionnait pas.

Le 31 juillet, le TAS avait rejeté le premier appel du WAC, mais la décision contestée n’était pas la même (la CAF avait ordonné de faire rejouer la finale retour sur terrain neutre ; cette fois elle a donné le WAC perdant par forfait) et l’organe qui l’a prise non plus (le comité exécutif de la CAF à l’époque ; la commission de discipline de la CAF cette fois). A l’époque, le TAS avait surtout examiné ce dossier sur la forme et estimé que la CAF n’avait pas jugé cette affaire avec l’organe compétent. Cette fois, l’instance qui siège à Lausanne pourrait trancher sur le fond et sur le problème du dysfonctionnement de la VAR. Le verdict devrait intervenir assez rapidement puisque le vainqueur de la LDC africaine (l’Espérance actuellement) doit débuter le Mondial des clubs le 14 décembre.