Mali : Abdoulaye Doucouré cash sur la sélection

Abdoulaye Doucouré, 30 ans, évolue toujours au plus haut niveau. Le milieu de terrain natif de Meulan-en-Yvelines près de Paris a en effet disputé 11 rencontres de Premier League (3 buts) cette saison avec Everton. Pour autant, son retour avec la sélection malienne, qui serait plus que légitime au vu de son état de forme et du contexte (la CAN débute dans 2 mois), n'est pas envisagé. 

Questionné sur une éventuelle réintégration en équipe nationale pour la célèbre compétition continentale de janvier, Abdoulaye Doucouré a donné une réponse franche dans des propos rapportés par le compte spécialisé Les Aigles du Mali : « Non, pour le moment, je ne pense pas que je vais participer à la Coupe d'Afrique des nations, pour être honnête. (…) Je pense que je vais rester ici avec un maillot d'Everton. Je ne veux pas y aller. Ce n'est pas une très grande décision car je n'ai participé qu'une seule fois au rassemblement l'équipe nationale du Mali. Je veux vraiment me concentrer sur ma carrière et sur le club. J'ai tout le respect pour mon pays, mais je vais rester ici ». Voilà qui a le mérite d'être clair.

Un choix décrié

Une comète. Voilà comment on pourrait résumer la carrière d'Abdoulaye Doucouré sous le maillot des Aigles. Appelé pour la première fois en sélection pour les barrages au Mondial 2022 face à la Tunisie après plusieurs années de refus, l'ancien milieu de terrain du Stade Rennais, qui dispute sa 8ème saison de rang dans l'élite du football anglais, ne compte que deux petites capes au compteur. Un total bien trop faible et qui laisse forcément un goût d'inachevé lorsqu'on connaît son talent. De nombreux supporters ne comprennent pas son choix. A voir quelle sera la réaction du sélectionneur Eric Chelle, même si pour lui comme pour tous les suiveurs du football malien, la décision de Doucouré de privilégier sa carrière en club est tout sauf une surprise.

Mali : Abdoulaye Doucouré cash sur la sélection
Anthony Olivier

Explorateur et gratte-plume du football africain, j'aime brosser le portrait des nouvelles pépites du continent.