Mercato OL : un indésirable a résilié (officiel)

Encadré par la Direction nationale du contrôle de gestion (DNCG), l’Olympique Lyonnais marche sur des œufs durant ce mercato estival. Timoré dans son recrutement, le club rhodanien a néanmoins les coudées franches en ce qui concerne les départs. Lundi, la direction a justement annoncé la résiliation de contrat d’un indésirable de longue date.

Transféré à l’été 2019 de Lille vers l’OL, le défenseur international malien Youssouf Koné (28 ans, 17 capes, 1 but, mais plus appelé depuis 2021) n’a jamais confirmé chez les Gones. Après 16 petites apparitions lors de son premier exercice au Groupama Stadium, l’arrière gauche a été prêté pendant quatre mois à Elche (septembre 2020-janvier 2021) où il ne sera aligné qu’à trois reprises, puis pour une même durée à Hatayspor en Turquie (février-juin 2021). Avec les Bordeaux et Blancs, il ne prendra part qu’à 6 rencontres.

Youssouf Koné rebondit en Belgique

Il est ensuite envoyé à Troyes pour une saison (2021-2022, 22 matches, 1 passe décisive), et enfin à Ajaccio (2022-2023, 13 matches), toujours sous la forme de prêt. Revenu cet été sur les bords du Rhône, le joueur auparavant passé par le Stade de Reims (2017-2018) a finalement été libéré de sa dernière année de contrat le liant au club. « L’Olympique Lyonnais informe avoir trouvé un accord avec Youssouf Koné pour une résiliation de son contrat qui courait jusqu’au au 30 juin 2024 », a annoncé l’actuel 16e de Ligue 1 via un communiqué.

Le principal concerné a rejoint dans la foulée le club belge de Molenbeek, propriété d'Eagle Football, comme l'OL, et entraîné depuis cette saison par Claudio Caçapa, ancien joueur des Gones (2001-2007) et ex-entraineur adjoint de l’équipe première (2016-2023).

Mercato OL : un indésirable a résilié (officiel)
Prudence Ahanogbe

Couteau suisse de la rédaction footballistique, je perce mon trou grâce au dépassement de soi. Sur mon versant gauche, un don indescriptible pour l’écriture, un peu comme Messi, et sur le versant droit, beaucoup de travail, à la Cristiano Ronaldo.